L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > Samsung lance en production de volume son premier processeur IoT estampillé Exynos

Samsung lance en production de volume son premier processeur IoT estampillé Exynos

Publié le 22 juin 2017 à 10:24 par Pierrick Arlot        Composant  Samsung

Samsung Exynos i T200

Samsung Electronics vient de lancer la production en volume de son premier processeur calibré pour le marché de l’Internet des objets et estampillé Exynos (une marque connue sur le créneau de la téléphonie mobile). Référencé Exynos i T200 et gravé dans une technologie 28 nm basse consommation à base de transistors à grille métallique et diélectrique à haute permittivité (HKMG ou High-K Metal Gate), ce processeur s’articule autour d’un cœur ARM Cortex-R4 et d’un cœur ARM Cortex-M0+, tous deux cadencés à 320 MHz. Une architecture qui, selon Samsung, doit permettre aux produits bâtis sur l’Exynos i T200 de traiter et d’effectuer diverses tâches sans recourir à un microcontrôleur externe.

Côté connectivité, le circuit, certifié par la Wi-Fi Alliance, embarque un sous-système Wi-Fi 802.11b/g/n monobande (2,4 GHz) et bénéficie du label Microsoft Azure Certified for IoT. Il prend aussi en charge nativement le protocole IoTivity standardisé par l’Open Connectivity Foundation qui vise à garantir l’interopérabilité entre équipements IoT.

Samsung n’a pas oublié la sécurité et la protection de la vie privée. Le processeur Exynos i T200 intègre à cet effet un sous-système matériel de la gestion de la sécurité (SSS, Security Sub-System) ainsi qu’une IP PUF (Physical Unclonable Functions) qui fournit des fonctions de stockage sécurisé et d’authentification système sans qu’il soit besoin de stocker physiquement les clés de chiffrement dans la puce.

Selon toute probabilité, c’est ce processeur qui alimente le module Artik 053 présenté en mai par la société coréenne. Lors de son lancement, Samsung avait précisé que l’Artik 053 se distinguait de ses aînés par ses capacités natives de traitement temps réel dues à la présence d’un cœur ARM Cortex-R4 cadencé à 320 MHz et de l’environnement logiciel Tizen RT (Real-Time). Un OS temps réel conçu pour s’exécuter sur des microcontrôleurs Cortex-M/R en nécessitant moins de 2 Mo de RAM et moins de 16 Mo de flash. Dans la pratique, Tizen RT est constitué d’un noyau temps réel léger dénommé TinyAra (et décliné de NuttX), de protocoles IoT (IoTivity et LWM2M) et d’un interpréteur JerryScript/IoT.js.

Sur le même sujet