L'embarqué > Logiciel > Développement > Texas Instruments unifie le logiciel de tous ses récents microcontrôleurs à radio intégrée

Texas Instruments unifie le logiciel de tous ses récents microcontrôleurs à radio intégrée

Publié le 21 mars 2017 à 09:57 par Pierrick Arlot        Développement Texas Instruments

SimpleLink MCU

[EMBEDDED WORLD 2017] C’est sous le nom de SimpleLink MCU que Texas Instruments a décidé de rassembler tous ses microcontrôleurs 32 bits à cœur ARM Cortex-M à interface radio intégrée. Avec la ferme volonté de permettre, via un environnement de développement commun et un ensemble partagé de pilotes, frameworks et bibliothèques, la réutilisation à 100% du code sur l’ensemble de cette famille de circuits. A ce compte-là, les concepteurs, affirme TI, pourront investir une seule fois dans le développement d’un logiciel et l’implémenter sans aucun problème sur de multiples produits IoT ou industriels…

Dans la pratique on retrouve, rassemblés sous la bannière SimpleLink MCU, les microcontrôleurs Bluetooth Low Energy (BLE) CC2640R2F et CC2640RF2-Q1, le microcontrôleur double bande (sub-GHz et BLE) CC1350, le microcontrôleur hôte MSP432, le microcontrôleur sub-GHz CC1310 et deux nouveaux circuits Wi-Fi, le microcontrôleur CC3220 et le processeur réseau radio CC3120. Le CC3220 se distingue, dixit Texas Instruments, par une architecture inédite avec deux environnements d’exécution physiquement distincts présents sur la même puce : un sous-système « application » bâti sur un cœur ARM Cortex-M4 80 MHz avec 256 Ko de RAM et 1 Mo de flash, et un sous-système « processeur réseau » apte à exécuter les couches Wi-Fi et les piles protocolaires Internet et doté en sus d’un accélérateur matériel de cryptographie (schéma ci-dessus). De quoi assurer, selon l’Américain, des fonctions de sécurité comme le stockage sécurisé, la protection contre le clonage, le boot sécurisé et les communications sécurisées.

Tous les microcontrôleurs susnommés bénéficient désormais du même jeu d’API fonctionnelles standard (TI Drivers), d’API compatibles Posix, d’une chaîne de développement unifiée (dont les kits de développement LaunchPad) et de piles de connectivité ad hoc (BLE, Wi-Fi, sub-GHz et RS-485 aujourd’hui, ZigBee, Thread et Ethernet demain).

21 juin 2016

 "1, 2, 3... 5G ! La course mondiale à la norme 5G passe par les tests"

> Lien

Sur le même sujet