L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > Texas Instruments dope ses microcontrôleurs Bluetooth et les aligne sur le Bluetooth 5

Texas Instruments dope ses microcontrôleurs Bluetooth et les aligne sur le Bluetooth 5

Publié le 20 janvier 2017 à 11:25 par Pierrick Arlot        Composant  Texas Instruments

TI BLE Bluetooth 5

Texas Instruments étoffe sa famille de microcontrôleurs SimpleLink Bluetooth Low Energy à ultra basse consommation (ULP) CC264x avec deux nouveaux modèles. Référencé CC2640RF, le premier se distingue par une capacité mémoire étoffée (275 Ko de mémoire non volatile dont 128 Ko de flash programmable) et sa compacité ; il est présenté en boîtier WCSP de seulement 2,7 x 2,7 mm, soit des dimensions divisées par deux par rapport au plus petit des boîtiers QFN 4 x 4 mm dans la gamme TI.

Selon l’Américain, ce microcontrôleur sans fil est également prêt à supporter la spécification Bluetooth 5, publiée fin 2016, qui promet un doublement du débit par rapport à la mouture 4.2 (à 2 Mbit/s), un quadruplement de la portée et une augmentation de 800% des capacités de diffusion de messages pour coller à la multiplication de services dits « sans connexion » dans les entreprises, les centres commerciaux, les entrepôts, les aéroports, les usines, les villes intelligentes, etc. Selon TI, les piles logicielles Bluetooth 5 qui accompagneront le microcontrôleur CC2640RF seront disponibles dans le courant du premier semestre 2017, ce qui en fera l’une des premiers composants Bluetooth 5 disponibles en volume.

A l’instar des autres modèles de la gamme SimpleLink ULP, le CC2640RF se déploie autour d’un cœur ARM Cortex-M3, d’un sous-système radio à cœur Cortex-M0 et d’un contrôleur de capteur à cœur 16 bits propriétaire.

Référencé SimpleLink CC2640R2F-Q1 et disponible en boîtier QFN de 7 x 7 mm, le second microcontrôleur Bluetooth Low Energy lancé par TI, qui sera échantillonné à partir de mi-février, est une version du précédent calibrée spécifiquement pour le marché automobile et dédiée à des cas d’usage comme l’accès et le démarrage mains libres, l’ouverture des portes sans clé avec un smartphone et d’autres applications émergentes nécessitant la qualification AEC-Q100.

Sur le même sujet