L'embarqué > Logiciel > Test & Validation > Rapita signe une solution de couverture de code pour applications sur architectures multicœurs

Rapita signe une solution de couverture de code pour applications sur architectures multicœurs

Publié le 19 mai 2015 à 12:46 par François Gauthier        Test & Validation

Rapita signe une solution de couverture de code pour  applications sur architectures multicœurs

L’éditeur britannique d’outils logiciels pour systèmes critiques temps réel Rapita Systems propose ce qu’il estime être le premier outil de couverture de code réellement adapté aux contraintes des applications implantées sur des architectures multicœurs. La suite logicielle Rapita Verification Suite (RVS), version 3.3, intègre en effet un outil de couverture de code structurelle, RapiCover, et une technologie d’analyse des pires cas d’exécution (worst-case execution time), RapiTime, capables d’analyser le comportement d’une application fonctionnant sur un système temps réel implanté sur plusieurs cœurs de processeur. Une technologie qui permet d’identifier quel est le cœur qui exécute telle ou telle portion de code pendant l’exécution des tests.

Cette approche, selon Rapita, a un impact fort sur la réduction du nombre d’itérations de test et, in fine, d'opérations liées à la certification d’une application selon les normes DO-178C pour l’avionique ou ISO 26262 pour l’automobile. « La mesure de la couverture de code a toujours joué un rôle majeur dans la vérification des systèmes critiques, explique Guillem Bernat, CEO de Rapita Systems. Nous voyons une demande de plus en plus forte de la part des utilisateurs pour faire de la couverture de code directement sur la cible. Ce qui impose aux éditeurs de fournir des outils qui minimisent au maximum l'impact de la mesure de la couverture dans le cycle de développement. »

Au-delà, Guillem Bernat estime que, pour tous les développeurs qui adoptent des processeurs multicœurs, et ils sont de plus en plus nombreux, « il n’est plus suffisant de savoir uniquement quel code tourne sur quel cœur. Il faut désormais être certain que le code analysé a bel et bien fonctionné sur un sous-ensemble donné d’un des cœurs de processeur du système, et qu’il n’a pas été exécuté ailleurs ».

 

Sur le même sujet