L'embarqué > Logiciel > Middleware > QNX ajoute à son tour un hyperviseur à son catalogue de logiciels embarqués

QNX ajoute à son tour un hyperviseur à son catalogue de logiciels embarqués

Publié le 19 février 2015 à 12:37 par Pierrick Arlot        Middleware QNX

QNX ajoute à son tour un hyperviseur à son catalogue de logiciels embarqués

Les éditeurs historiques de systèmes d’exploitation embarqués comme Green Hills Software, Lynx Software, Enea, Sysgo, Wind River et Mentor Graphics ont déjà étoffé leur offre avec des logiciels de virtualisation ou des hyperviseurs qui permettent à plusieurs environnements logiciels dotés de niveaux de criticité ou de sûreté de fonctionnement différents de s’exécuter en parallèle et en simultané sur une même plate-forme matérielle. Ils sont rejoints aujourd’hui par QNX Software Systems, la filiale de BlackBerry.

La firme canadienne va proposer pour évaluation à partir du mois d’avril un hyperviseur temps réel de type 1, conçu pour une utilisation dans les équipements médicaux, les automatismes industriels et les systèmes embarqués dans les automobiles (systèmes d’info-divertissement, équipements ADAS d’assistance évoluée à la conduite, tableaux de bord numériques, etc.). Selon l’éditeur, QNX Hypervisor 1.0, c’est son nom, supporte le système d’exploitation temps réel QNX Neutrino OS et d’autres plates-formes logicielles comme Linux et Android. Et s’avère conforme aux standards de sûreté de fonctionnement comme CEI 61508 (en vigueur dans l’industriel), ISO 26262 (automobile) et CEI  62304 (logiciels pour le médical).  

Avec la virtualisation, un équipementier peut, rappelons-le, consolider sur un seul calculateur des fonctions jusqu’alors réparties sur différentes plates-formes afin de réduire la facture matérielle et l’encombrement, le poids et la consommation électrique d’un système donné. La virtualisation permet aussi de faire cohabiter sur un même processeur des applications historiques ou des programmes à haut niveau de criticité avec un OS ouvert comme Linux pour profiter de l’écosystème open source associé. Et ce tout en assurant la sécurité et la sûreté de fonctionnement de l’équipement. Enfin, les solutions de virtualisation peuvent faciliter le portage des logiciels sur des architectures multicœurs puisqu’elle s’avèrent en général capables de prendre à leur compte la coordination intelligente des activités des différents environnements, toutes les requêtes et tous les accès aux ressources matérielles, et la répartition de la charge de travail sur les différents cœurs. Une caractéristique loin d’être négligeable à l’heure où l’embarqué fait un usage de plus en plus systématique de processeurs et SoC multicœurs.
 
La disponibilité générale de l’hyperviseur QNX Hypervisor 1.0 est prévue dans le courant du troisième trimestre 2015.

Sur le même sujet