L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > Marvell échantillonne son premier circuit PHY compatible avec l’Ethernet automobile à 10 Gbit/s

Marvell échantillonne son premier circuit PHY compatible avec l’Ethernet automobile à 10 Gbit/s

Publié le 29 avril 2021 à 08:41 par Pierrick Arlot        Composant  Marvell

Automotive Ethernet

Marvell a commencé à livrer à certains de ses clients des échantillons de son circuit PHY Ethernet automobile multigigabit compatible avec la norme IEEE 802.3ch. Approuvée en juin 2020, cette norme spécifie, rappelons-le, des débits de 2,5, 5 et 10 Gbit/s sur une seule paire de cuivre et vise à répondre à l’augmentation du trafic de données dans les automobiles alors que se développent à grande vitesse des technologies telles que la conduite autonome, la 5G et la voiture connectée. En soutenant un débit de transmission jusqu'à 10 Gbit/s sur des réseaux embarqués automobiles, le circuit PHY de Marvell est censé répondre aux besoins d'échanger de manière sécurisée des données à ultrahaut débit et à faible latence sur des infrastructures standard.

L’annonce de Marvell conforte la présence de la société de semi-conducteurs sur le marché des réseaux automobiles après l'introduction en 2018 de la première solution PHY Ethernet automobile multigigabit « pré-standard ». On se souviendra néanmoins que son concurrent Broadcom a annoncé en novembre dernier la disponibilité de son circuit émetteur/récepteur PHY multigigabit compatible IEEE 802.3ch, qualifié AEC-Q100 et intégrant la technologie 802.11AE MACsec pour la sécurisation des communications point à point. Ce qui est aussi le cas d’ailleurs de la nouvelle puce PHY de Marvell, estampillée 88Q4346.

Ces circuits PHY Ethernet multigigabit trouvent aujourd’hui leur utilité au moment où les architectures de véhicules, déclinées jusqu’alors en « domaines » différents, s’orientent vers des plates-formes dites « zonales ». Dans les architectures à domaines, les unités de commande électroniques (ECU) de chaque domaine sont connectées directement aux caméras, capteurs et autres actionneurs, ce qui nécessite de grandes quantités de câbles pour connecter tous les nœuds d'extrémité. Un faisceau de câbles qui s'avère onéreux, lourd et coûteux à installer. Dans une architecture zonale au contraire, une puce PHY à 10 Gbit/s permet, au niveau de chaque zone d’un véhicule, l'agrégation de signaux et de protocoles sur une dorsale Ethernet multigigabit et ce en utilisant une seule paire de câbles légers.

« Les constructeurs automobiles se tournent de plus en plus vers notre plate-forme Nvidia Drive Orin, qui offre une forte puissance de calcul pour l'apprentissage profond dans les véhicules de nouvelle génération, ajoute Michael Truog, directeur Automotive Platform Architecture chez Nvidia, partenaire de Marvell depuis plusieurs années dans le domaine automobile. La plate-forme Drive Orin peut évoluer du niveau 2 au niveau 5 d'autonomie en regroupant plusieurs calculateurs sur un réseau haut débit. En utilisant le dernier circuit PHY Ethernet à 10 Gbit/s de Marvell, nous pouvons fournir une connectivité multigigabit pour assurer l'équilibrage de charge avec une faible latence et atteindre des niveaux de performance très élevés. » La puce 88Q4346 de Marvell peut être connectée directement à des processeurs généralistes ou graphiques, des commutateurs Ethernet ou des ECU via des interfaces USXGMII 10G/5G/2,5G, XFI à 10 Gbit/s, XFI/2 à 5 Gbit/s, 2500Base-X à 2,5 Gbit/s ou OCSGMII à 2,5 Gbit/s.

Sur le même sujet