L'embarqué > Normes & spécifications > Architecture > Les passerelles de l’Internet des objets vont être soumises à un banc d’essai EEMBC

Les passerelles de l’Internet des objets vont être soumises à un banc d’essai EEMBC

Publié le 29 novembre 2016 à 11:06 par Pierrick Arlot        Architecture

IoT Gateway

Le consortium EEMBC, qui a su imposer ses benchmarks dans les domaines des microprocesseurs (CoreMark) et des microcontrôleurs à ultrabasse consommation (ULPBench), vient de mettre sur pied un groupe de travail chargé d’élaborer un banc d’essai permettant de mesurer les performances des passerelles (ou gateways) sur certains marchés verticaux de l’Internet des objets.

Rappelons que les passerelles IoT ont vocation à se positionner en limite de bordure de réseau. Elles sont chargées de récupérer et de gérer des données issues de multiples sources (capteurs, objets connectés, etc.), de les traiter localement, de réagir à certains événements (voire de les prédire) et d’envoyer les données prétraitées dans le cloud. Les passerelles IoT peuvent revêtir des formes très différentes afin de coller aux besoins spécifiques de marchés verticaux comme les automatismes industriels, les transports (la gestion de flottes notamment), le multimédia numérique dans la distribution de détail, les villes intelligentes, la maison connectée, l’agriculture ou la santé.

Placé sous l’égide de Rory Rudolph, ingénieur système senior de Dell, le groupe de travail IoT Gateway du consortium EEMBC réunit pour l’heure des experts des sociétés ARM, Dell, Flex et Intel. « Dans le cadre du développement d’un banc d’essai pour passerelles IoT, il est indispensable d’envisager les différents cas d’usage, détaille Rory Rudolph. Ceux-ci sont incroyablement divers et requièrent différentes combinaisons de briques matérielles et logicielles et l’industrie a donc besoin de multiples bancs d’essai basés sur des profils applicatifs spécifiques ».

Le futur banc d’essai EEMBC compte dans la pratique s’appuyer sur une approche distribuée avec des interactions client-serveur et des charges de travail mettant en œuvre de multiples ports physiques. Selon le consortium, cette méthodologie a l’avantage de tester le système dans sa globalité en mettant à contribution le processeur, les interfaces physiques et sans fil (Wi-Fi, Bluetooth…), le système d’exploitation et d’autres éléments matériels ou logiciels.

Le banc d’essai IoT Gateway de l’EEMBC complétera le benchmark EEMBC Connect également en développement. Ce dernier doit définir une méthode permettant de déterminer en toute fiabilité la consommation d’énergie cumulée d’un système en prenant en considération les communications et les sollicitations sur les interfaces de capteurs qui découlent directement des effets du « monde réel ». Le groupe de travail IoT Gateway est ouvert à toute société intéressée.

Sur le même sujet