L'embarqué > Matériel & systèmes > Connectivité > La SNCF accélère la connexion en temps réel des capteurs embarqués dans ses TER

La SNCF accélère la connexion en temps réel des capteurs embarqués dans ses TER

Publié le 14 février 2018 à 12:17 par François Gauthier        Connectivité

SNCF AGC Connecté

Les technologies de l'Internet des objets constituent un levier de modernisation à fort potentiel pour la SNCF qui a concrétisé, via le projet AGC (Autorail Grande Capacité) Connecté, la mise en place de moyens de communication embarqués capables de restituer en temps réel et en continu les données des capteurs installés sur les TER de la région Occitanie« Cela fait un moment que les trains sont équipés de capteurs, rappelle Simon Pauchet, chef du projet AGC Connecté. Malheureusement, jusque-là les capteurs ne communiquaient pas forcément ; il fallait donc attendre l’arrivée du train dans l’atelier pour se brancher à son système informatique, récupérer les informations et finalement faire le diagnostic. »

Déployés dans le milieu des années 2000, les trains qui roulent sur le réseau TER ont évolué en transmettant une fois par jour une partie des données aux centres opérationnels de la SNCF. Mais cela n’est plus suffisant, selon la régie, raison pour laquelle le groupe ferroviaire a lancé en 2016 le projet AGC Connecté. Objectif : équiper un TER de la région Occitanie avec des capteurs sur différents organes, tout en continuant à le faire circuler en service commercial. Les analyses des données collectées en temps réel doivent permettre aux équipes d’identifier, au travers de l’analyse de signaux faibles (températures dans les voitures, niveaux d’eau dans les WC, informations sur les batteries, surveillance de l’unité de production d’air comprimé…), le bon moment pour déclencher les opérations de maintenance avant que le train ne rentre dans l’atelier de maintenance.

« À terme les données de mesure en temps réel nous permettront de créer des algorithmes performants, indispensables à l’élaboration de la maintenance prédictive que nous souhaitons mettre en place », précise Simon Pauchet.

En ce qui concerne la transmission des données et l’architecture de la connectivité, les solutions choisies sont non intrusives et indépendantes du système d’information du train afin de minimiser les impacts potentiels sur le fonctionnement du train. Pour ce faire, la SNCF utilise plusieurs réseaux de communication comme Sigfox, LoRa ou encore la 3G et la 4G lorsque les données sont trop volumineuses ou quand la couverture réseau permet de le faire.

Dans les différents cas d’usage de ce train connecté, les ingénieurs du projet ont associé des capteurs classiques utilisés par la SNCF à un module mis au point en interne qui permet à la fois de rendre le capteur autonome en l’alimentant avec une pile, et d’assurer la transmission des données via un réseau IoT spécifique (photo ci-contre).

Sur le même sujet