L'embarqué > Matériel & systèmes > Sous-système > Samsung étoffe sa gamme de modules Artik tout-en-un pour objets connectés

Samsung étoffe sa gamme de modules Artik tout-en-un pour objets connectés

Publié le 27 octobre 2016 à 12:14 par Pierrick Arlot        Sous-système Samsung

Samsung Artik

L’année dernière, Samsung avait dévoilé sous le nom générique d’Artik trois premiers modules tout-en-un destinés aux concepteurs d’objets et d’équipements connectés, les Artik 1, Artik 5 et Artik 10. A l’occasion du Korea Electronics Show qui se tient du 26 au 29 octobre 2016 à Séoul, le groupe coréen a ajouté deux modèles à sa gamme, l’Artik 0 et l’Artik 7. Si l’Artik 1, 5 et 10 se déployaient respectivement autour d’un processeur à double cœur Mips32 microAptiv, d’un processeur à double cœur ARM Cortex-A7 et d’un processeur à quatre cœurs Cortex-A15, le module Artik 0, aux dimensions de 13 x 15 mm, s’appuie quant à lui sur un microcontrôleur SoC Wireless Gecko à cœur ARM Cortex-M4 de Silicon Labs et s'avère doté d’une connectivité sans fil ZigBee et Thread (Artik 030) ou Bluetooth 4.2 (Artik 020), piles de protocoles - d'origine là aussi Silicon Labs - comprises. Le produit cible les dispositifs d’entrée de gamme à basse consommation et faible coût dans les domaines des systèmes de chauffage, de climatisation ou de ventilation, les capteurs industriels, l’éclairage ou les dispositifs de santé et de bien-être portés sur soi.

Destiné aux passerelles et appareils multimédias haut de gamme, le module Artik 7, pour sa part, repose sur un processeur à huit cœurs 64 bits Cortex-A53 et peut, selon Samsung, prendre à sa charge des fonctions d’analyse en local pour des applications IoT qui nécessitent faible latence et réactivité. L’Artik 7 embarque en sus des interfaces Wi-Fi, Bluetooth, ZigBee, Thread et MAC Gigabit Ethernet, ainsi qu’un coprocesseur multimédia (ARM Mali) pour le traitement audio et vidéo. On y trouve aussi un Linux préinstallé.

Selon Samsung, les modules Artik 0 et 7 sont conçus pour interopérer sans couture avec la plate-forme d’échange « ouverte » Artik Cloud, annoncée en avril 2016. Une plate-forme qui fournit des API et des outils destinés à récupérer, stocker et manipuler n’importe quel type de données issues de n’importe quel « objet » connecté ou service dans le nuage. Si l’on en croit le Coréen, les équipementiers peuvent utiliser Artik Cloud pour surveiller et gérer des parcs d’objets et d’équipements connectés déployés sur le terrain, y compris les passerelles et nœuds de bordure de réseau. Il leur serait ainsi possible d’identifier de manière unique chaque dispositif, de surveiller son état de connectivité, d’en gérer les propriétés comme la version du firmware embarqué et le niveau de batterie, et d’exécuter des fonctions à distance y compris le redémarrage, la réinitialisation des paramètres d'usine, la mise à jour du firmware ou l'effacement des codes d'erreur.

A signaler, l’arrivée d’Arrow dans la liste des distributeurs d’envergure mondiale des produits Artik de Samsung où figurent déjà Digi-Key et Mujin.

Sur le même sujet