L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Renault-Nissan-Mitsubishi entre au capital du fabricant français de processeurs multicœurs Kalray

Renault-Nissan-Mitsubishi entre au capital du fabricant français de processeurs multicœurs Kalray

Publié le 02 mai 2018 à 11:10 par Pierrick Arlot        Conjoncture Kalray

Kalray

Positionnée sur les secteurs de l'embarqué critique (Défense, aéronautique...), de l’automobile et des centres de données, la société française Kalray, spécialiste des processeurs massivement multicœurs, annonce l’entrée à son capital d’Alliance Ventures, le fonds de capital-risque de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, et de Definvest, le fonds géré par Bpifrance pour le compte du ministère des Armées. Le montant de l’opération, qui constitue la deuxième tranche d’une levée de fonds de 23,6 M€ initiée en juin 2017, est de dix millions d’euros incluant les actionnaires existants et les nouveaux investisseurs.

Depuis sa création en 2008 par essaimage du CEA, Kalray a levé plus de 65 millions de dollars. La société a développé une architecture spécifique de microprocesseur baptisée MPPA (Massively Parallel Processor Array) qui se caractérise par une forte capacité de calcul en temps réel et une consommation d’énergie raisonnée.

Kalray a choisi dans un premier temps de se focaliser sur deux marchés, les centres de données intelligents et les voitures intelligentes, qui représentent chacun un potentiel de plus d’un milliard d’euros. Les fonds levés vont permettre d’engager le déploiement commercial du processeur existant et de finaliser le développement de la nouvelle génération, qui devrait être lancée en 2019 (lire notre article ici). Conçu pour les applications embarquées critiques comme les véhicules autonomes, l’aéronautique, les équipements médicaux, la robotique et les drones, le processeur MPAA3 Coolidge sera doté de fonctions de fusion de données et sera particulièrement efficace dans l’exécution de tâches de traitement gourmandes en calcul comme l’apprentissage automatique profond (deep learning) et la vision artificielle, assure la firme hexagonale.

« Alors que l’un de nos marchés prioritaires est celui des prochaines générations de véhicules, nous ne pouvions rêver d’un meilleur partenaire stratégique que l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, s’est réjoui Eric Baissus, président du directoire de Kalray. Quant à la participation de Bpifrance et du ministère des Armées à travers le fonds Definvest, c’est pour nous une très forte validation de l’avance technologique et de l’enjeu stratégique de nos solutions sur le marché. » A noter que c’est la première opération du fonds Definvest lancé en novembre dernier et doté de 50 M€ par le ministère des Armées.

« Kalray a développé depuis presque dix ans un nouveau type de processeur dont les caractéristiques, que ce soit la puissance de calcul rapportée à l’énergie consommée ou la capacité d’intégrer sur une même puce un grand nombre de fonctions critiques, sont essentielles, notamment pour les nouvelles générations de voitures que nous allons être amenés à développer, a précisé de son côté François Dossa, le directeur d’Alliance Ventures, le fonds lancé par l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Les processeurs de Kalray équipent déjà notre prototype de voiture autonome, Symbioz, que nous testons depuis plusieurs mois. »

Sur le même sujet