L'embarqué > Matériel & systèmes > Connectivité > Internet des objets : Orange va déployer la radio LTE-M dès 2017… en Belgique et en Espagne

Internet des objets : Orange va déployer la radio LTE-M dès 2017… en Belgique et en Espagne

Publié le 28 février 2017 à 10:03 par Pierrick Arlot        Connectivité

Logo Orange

C’est dans le contexte du Mobile World Congress qui se tient à Barcelone du 27 février au 2 mars 2017 qu’Orange a dévoilé son intention de déployer la technologie LTE-M (LTE Cat-M1 dans le jargon 3GPP) de façon progressive sur ses réseaux 4G, en commençant par la Belgique et l’Espagne en 2017. Un déploiement qui devrait donc se faire en parallèle à celui du réseau public compatible LoRaWAN de l’opérateur français (qu’Orange compte internationaliser à partir de juillet prochain).

Avalisé en juin 2016 au sein de la spécification 3GPP Release 13 (LTE-Advanced Pro), le LTE-M, rappelons-le, cible les applications M2M et IoT longue portée et basse consommation qui peuvent nécessiter une autonomie de plusieurs années. La spécification abaisse notamment la bande passante minimale du LTE de 20 MHz à 1,4 MHz avec des débits variant de quelques centaines de bits par seconde en voie montante, à quelques centaines de kilobits par seconde, notamment en voie descendante pour la mise à jour de logiciels embarqués. Une flexibilité que les promoteurs du LTE-M jugent indispensable pour faire face à la diversité des cas d’usage de l’Internet des objets.

Selon Orange, le LTE-M, qui possède l’avantage de pouvoir être déployé rapidement grâce à une simple mise à jour logicielle du réseau 4G actuel, permet de connecter de manière sécurisée et évolutive une grande variété d’objets tels que compteurs intelligents, balises GPS, distributeurs automatiques, systèmes d’alarme, mais aussi flottes de véhicules, équipements lourds, dispositifs de santé mobiles, etc. Dans ce cadre, Orange va lancer de nouvelles expérimentations LTE-M cette année. On y trouve notamment un projet de compteurs électriques intelligents afin de pouvoir contrôler à distance la consommation énergétique et d’adapter l’abonnement des utilisateurs, et un autre projet permettant, grâce à des objets communicants, de mesurer les déplacements, la position, la température et d’autres informations liées à la santé des individus. Dans le cadre de ces projets pilotes, l’opérateur travaille avec les fabricants de semi-conducteurs qui ont déjà une offre en composants LTE-M comme Altair Semiconductor, Qualcomm Technologies et Sequans, ainsi qu’avec plusieurs fabricants d’équipement de réseaux.

Orange rejoint une cohorte d’opérateurs de réseaux mobiles qui ont eux aussi pris l’engagement de déployer des réseaux compatibles LTE-M. On citera notamment les américains AT&T et Verizon (lire notre article de septembre 2016), le néerlandais KPN (lire notre article de décembre 2016), les japonais KDDI et NTT DoCoMo, l’espagnol Telefonica, l’australien Telstra ou le canadien Telus.

A l’occasion du Mobile World Congress, Orange a aussi dévoilé la création d’un Open IoT Lab pour "stimuler l’écosystème de l’Internet des objets" (dixit le Français), un laboratoire que le groupe de télécommunication présente comme le premier du genre en Europe basé sur la technologie LTE-M et lancé dans le cadre de l’initiative Mobile IoT de la GSMA (l’organisme international qui représente les intérêts des opérateurs mobiles). Sis à Orange Gardens, le campus dédié à l’innovation du groupe à Châtillon, près de Paris, l’Open IoT Lab proposera à compter du 1er avril à des partenaires souhaitant participer au développement des objets LTE-M un kit de démarrage ad hoc, ainsi que des équipements réseau afin de tester la performance, le niveau de débit des données, la couverture et des fonctionnalités d’optimisation énergétique. Orange mettra aussi à disposition une plate-forme de gestion IoT et d’analyse (une fonctionnalité clé de la solution IoT Datavenue  de l’opérateur) et des experts techniques, des designers et des spécialistes du marketing.

Sur le même sujet