L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > Avec les processeurs i.MX7, Freescale banalise l’association de cœurs Cortex-A et Cortex-M

Avec les processeurs i.MX7, Freescale banalise l’association de cœurs Cortex-A et Cortex-M

Publié le 23 juin 2015 à 11:19 par Pierrick Arlot        Composant  Freescale

Freescale i.MX7

Freescale a frappé fort dès l’ouverture de son forum technologique 2015 qui se tient à Austin (Texas) du 22 au 25 juin avec l’annonce officielle de la tant attendue famille de processeurs d’application i.MX7. Une famille qui, selon Sylvain Gardet, directeur marketing et développement business pour l’activité Microcontrôleurs de Freescale EMEA, vient se glisser dans le portefeuille de processeurs embarqués à cœur ARM Cortex-A de l’Américain au-dessous de la célèbre gamme i.MX6 à cœur(s) Cortex-A9 et juste au-dessus de i.MX6UltraLite, tout récemment lancé par Freescale et basé sur un cœur Cortex-A7.

De fait, la famille i.MX7, caractérisée par une éco-efficacité de 15,7 DMips/mW (trois fois mieux que l’i.MX6) et un mode basse consommation à rétention d’états de 250 µW seulement, a vocation à se décliner autour d’un ou de plusieurs cœurs Cortex-A7… auxquels est associé un cœur de microcontrôleur Cortex-M4. Un type d’architecture dit hétérogène que Freescale avait déjà introduit dans la famille i.MX6 avec l’i.MX6SoloX, un processeur entré en pleine production cette année et basé sur le tandem Cortex-A9/Cortex-M4. 

Selon le fabricant de semi-conducteurs, ce choix architectural permet d’éteindre ou d’allumer tous les cœurs individuellement en fonction des besoins en performances. L’i.MX7 peut ainsi exécuter Linux, des interfaces utilisateur graphiques, des piles de communication sans fil et des transferts de données à haut débit sur un ou plusieurs Cortex-A7, mais la charge de travail peut aussi être transférée entièrement sur le Cortex-M4 lorsque de hauts niveaux de performances ne sont pas requis. Avec, en conséquence, une consommation revue à la baisse. D’autant que l’i.MX7 est gravé en technologie 28 nm à ultrafaible fuite (les i.MX6 sont gravés en 40 nm) et qu’il est flanqué d’un circuit intégré de gestion de l’alimentation PMIC spécifiquement conçu par Freescale pour sa nouvelle famille de processeurs, le PF3000…

D’ores et déjà échantillonnés, les premiers membres de la gamme i.MX7 sont les i.MX7Solo et i.MX7Dual qui embarquent respectivement un ou deux cœurs Cortex-A7 cadencés jusqu’à 1 GHz et un Cortex-M4 fonctionnant à une fréquence de 266 MHz maximum. Les deux types de cœurs affichent une éco-efficacité de 100 µW/MHz et de 70 µW/MHz respectivement. S’ils n’embarquent pas un accélérateur graphique 2D/3D comme les i.MX6, on y trouve néanmoins une variété d’interfaces d’entrées/sorties (PCIe, Ethernet Gigabit avec support AVB, USB 2.0, I2C, I2S, CAN, UART…), des contrôleurs pour écrans LCD et EPD (Electronic Paper Display) et un ensemble de fonctions de sécurité câblées dans le silicium (chiffrement/déchiffrement, détection active de fraude, boot sécurisé, etc.).

La disponibilité en volume de l’i.MX7Solo et de l’i.MX7Dual, qui ciblent des marchés comme les dispositifs électroniques portés sur soi, les équipements de point de vente sécurisés, les terminaux industriels et médicaux, les livres électroniques, les systèmes de contrôle/commande domotiques et autres objets connectés, est prévue pour le mois de novembre 2015.

Sur le même sujet