L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > Ambarella apporte l’intelligence artificielle à basse consommation aux caméras avant des véhicules

Ambarella apporte l’intelligence artificielle à basse consommation aux caméras avant des véhicules

Publié le 21 décembre 2018 à 09:03 par Pierrick Arlot        Composant  Ambarella

Ambarella-Hella-Aglaia

Spécialiste des circuits intégrés de traitement vidéo et de vision artificielle à haute résolution et basse consommation, la société de semi-conducteurs Ambarella s’est associé à l’éditeur Hella Aglaia afin de proposer une plate-forme pour la prochaine génération de systèmes d’assistance évoluée à la conduite automobile (ADAS) dotés d’intelligence artificielle (IA). Selon Ambarella, cette plate-forme associe le processeur de vision artificielle CVflow CV22AQ au logiciel évolué de perception visuelle de Hella Aglaia afin d’apporter aux caméras avant monoblocs des caractéristiques IA avancées et des capacités de reconnaissance d’objets à haute précision. La puce-système CV22AQ combine un bloc de traitement d’image (ISP) performant, une puissance massive de calcul IA et une consommation ultrafaible (typiquement moins de 2,5 W).

« Les constructeurs automobiles et les équipementiers de rang un sont en quête d’une plate-forme pour caméra ouverte qui puisse offrir suffisamment de flexibilité pour y ajouter des fonctionnalités logicielles tout en ayant les performances nécessaires à l’exécution de la prochaine génération d’algorithmes de réseaux de neurones profonds » précise Kay Talmi, directrice générale de Hella Aglaia pour expliquer le choix du processeur Ambarella CV22AQ.

Tout juste lancée par l’Américain et actuellement échantillonnée, cette puce-système cible le marché des caméras avant de systèmes ADAS, des miroirs électroniques avec détection d’angles morts, des caméras intérieures de surveillance du conducteur et des équipements d’aide au stationnement sur 360°. Gravée en technologie 10 nm, elle implémente, comme ses aînées, l’architecture CVflow adaptée à l’exécution d’algorithmes de réseaux de neurones pour la vision artificielle et la détection, la reconnaissance et le suivi d’objets avec une résolution de 8 millions de pixels à 30 images/s.

Affichant une consommation limitée à seulement 2,5 W, le SoC CV22AQ embarque également quatre cœurs Arm Cortex-A53 cadencés à 756 MHz avec extensions DSP Neon, un processeur de traitement d'image (ISP) gérant jusqu'à 576 millions de pixels par seconde et un encodeur 4K AVC/HEVC. Le bloc ISP intégré est en outre capable d’effectuer du traitement à grande plage dynamique (HDR) et de fournir des images de haute qualité même dans des environnements à faible luminosité et à contraste élevé, souligne Ambarella.

La puce dispose par ailleurs de mécanismes de sécurité contre les attaques malveillantes (amorçage sécurisé, TrustZone, virtualisation des entrées/sorties, etc.). Equipé de multiples interfaces (Gigabit Ethernet, bus CAN, USB 2.0 hôte et périphérique, contrôleurs SD Card, HDMI 2.0, Mipi-DSI/CSI-2…), le SoC CV22AQ peut aussi gérer plusieurs capteurs vidéo et corriger les erreurs et distorsions optiques.

A noter que Hella Aglaia est partenaire avec d’autres fournisseurs de puces-systèmes pour systèmes ADAS automobiles à l’instar de NXP, Renesas ou Samsung.

Architecture du SoC Ambarella CVflow CV22AQ

Sur le même sujet