L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > Renesas lance ses premiers microcontrôleurs 32 bits bâtis sur la nouvelle architecture RXv3

Renesas lance ses premiers microcontrôleurs 32 bits bâtis sur la nouvelle architecture RXv3

Publié le 30 novembre 2018 à 10:59 par Pierrick Arlot        Composant  Renesas

Renesas RX66T

Fin octobre Renesas dévoilait sous le nom de RXv3 la troisième génération de son cœur de processeur 32 bits à architecture Cisc propriétaire avec, à la clé, une amélioration de 25% des performances par rapport au RXv2 à hauteur de 5,8 CoreMark/MHz. Un mois plus tard, le fabricant de semi-conducteurs annonce le lancement en production de série de la première famille de microcontrôleurs bâtis sur le RXv3, en l’occurrence la famille RX66T qui associe à ce cœur les caractéristiques des actuels RX62T et RX63T afin de répondre aux contraintes temps réel - et aux exigences de stabilité - de la commande de variateurs de moteurs.

A une fréquence de fonctionnement de 160 MHz, ces microcontrôleurs affichent en effet une performance record de 928 CoreMark pour un contrôle encore plus précis dans des applications industrielles comme les moteurs, les conditionneurs d’alimentation ou les robots, ou dans des équipements pour la maison connectée comme les climatiseurs et les machines à laver, précise Renesas. Les RX66T peuvent en outre contrôler jusqu’à quatre moteurs simultanément et disposent d’une capacité de traitement supplémentaire pour exécuter des programmes utilisant l’intelligence artificielle enfouie afin de détecter des défauts moteur. De tels programmes, explique la firme nippone, peuvent repérer des défaillances et identifier leur localisation en temps réel à partir des caractéristiques du courant et des vibrations.

Les microcontrôleurs RX66T, qui se déclinent en quatre-vingt modèles disponibles en boîtiers de 64 à 144 broches et qui intègrent une mémoire flash de 256 Ko à 1 Mo, se distinguent aussi par la présence d’un bloc matériel de sécurité (TSIP, Trusted Secure IP) chargé notamment de chiffrer les communications et de sécuriser les mises à jour de logiciels de bas niveau, et notamment les téléchargements de résultats d’apprentissage à partir du nuage, indispensables aux diagnostics prédictifs de pannes, indique Renesas.

Sur le même sujet