L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > NXP complète sa famille de processeurs multimédias i.MX 8M avec les modèles éco-efficaces i.MX 8M Nano

NXP complète sa famille de processeurs multimédias i.MX 8M avec les modèles éco-efficaces i.MX 8M Nano

Publié le 06 mars 2019 à 10:17 par Pierrick Arlot        Composant  NXP

i.MX 8M Nano

[EMBEDDED WORLD] Fin février, NXP a saisi l’occasion donnée par le salon Embedded World 2019 pour lever le voile sur le dernier-né de sa famille de processeurs d’application i.MX 8M, l’i.MX 8M Nano. Compatible broche à broche avec l’i.MX 8M Mini lancé en 2018 (et aujourd’hui entré en production), l’i.MX 8M Nano, présenté comme son aîné en boîtier de 14 x 14 mm, s’architecture autour d’un, deux ou quatre cœurs Arm Cortex-A53 (là aussi comme le Mini), mais embarque en sus un cœur Arm Cortex-M7 (en lieu et place d’un Cortex-M4).

Si les Cortex-A53 sont cadencés jusqu’à 1,5 GHz et le Cortex-M7 jusqu’à 600 MHz, le dernier-né de la famille i.MX 8M, gravé selon la technologie FinFET 14 nm LPC comme les variantes Mini, n’en affiche pas moins une enveloppe thermique dynamique totale inférieure à 2 W, pouvant être abaissée sous le watt dans certaines applications IoT de périphérie de réseau (edge), même avec les quatre cœurs Crotex-A53 actifs, assure NXP. Le cœur Cortex-M7, qui gère le domaine temps réel dans la puce, permet d’améliorer encore la sobriété de la puce ; il peut décharger de certaines tâches les cœurs Cortex-A et prendre à son compte la restitution audio et la surveillance des processus système de faible consommation.

Si l’i.MX 8M Nano n’embarque pas d’unité de traitement vidéo (VPU) comme l’i.MX 8M Mini, on y trouve par contre une unité de traitement graphique 3D générique (CG7000UL) compatible avec les standards Vulkan pour les graphiques hautes performances en temps réel et OpenCL 1.2 pour les applications avancées d’apprentissage automatique (ce qui n’était pas le cas du Mini). En outre le Nano, affirme NXP, est le premier à fournir une accélération matérielle de la conversion ASRC (Asynchronous Sample Rate Conversion) d’un maximum de 32 canaux de flux audio en streaming.

Compatible également au niveau logiciel avec la famille i.MX 8M (lancée en 2017 pour les besoins des applications audio, vidéo et vocales de la maison connectée), l’i.MX 8M Nano dispose par ailleurs d’un contrôleur USB 2.0 OTG (avec PHY intégrée), d’un contrôleur MAC Gigabit Ethernet (compatible AVB et IEEE 1588) et d’un jeu étoffé d’interfaces vers des afficheurs (1x Mipi DSI 4 voies avec PHY), des caméras (1 x Mipi CSI 4 voies avec PHY) et la mémoire (RAM et flash).

« Avec l’i.MX 8M Nano, NXP veut offrir le choix aux développeurs, indique Martyn Humphries, vice-président et directeur général en charge des processeurs d’application i.MX chez NXP. Nos clients ont besoin de processeurs qui collent au plus près de leurs besoins et qui n’impliquent pas une refonte de leurs conceptions matérielles et logicielles à chaque produit. L’i.MX 8M Nano est spécifiquement optimisé pour répondre aux exigences de performances élevées et d’éco-efficacité de la périphérie de réseau intelligente. » Ciblant en particulier les applications vocales, de vision et de détection d'anomalies, l’i.MX 8M Nano, dont l’échantillonnage est prévu au cours du deuxième trimestre, devrait entrer en production avant la fin 2019.

Sur le même sujet