L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > Nuvoton dévoile le premier microcontrôleur ARM sécurisé compatible TrustZone

Nuvoton dévoile le premier microcontrôleur ARM sécurisé compatible TrustZone

Publié le 23 mars 2017 à 12:32 par François Gauthier        Composant  Nuvoton

Nuvoton

[EMBEDDED WORLD 2017] A l’occasion du salon Embedded World qui s’est tenu mi-mars, la société taiwanaise Nuvoton a mis en exergue sur son stand le microcontrôleur sécurisé NuMicro M2351 qui, à notre connaissance, est le premier circuit de ce type à être basé sur un cœur 32 bits ARM Cortex-M23. Pour rappel, le Cortex-M23 est l’un des deux premiers cœurs de microcontrôleur (avec le Cortex-M33) basés sur l’architecture ARMv8-M. Une architecture annoncée fin 2015 qui étend la technologie de sécurité TrustZone, jusqu’alors réservée aux cœurs de microprocesseur Cortex-A, aux microcontrôleurs à cœur Cortex-M. Technologie de sécurité et de partitionnement, TrustZone va donc permettre de créer au sein d’un microcontrôleur une zone dite « de confiance » apte à sécuriser données, firmware et périphériques, un besoin exprimé de plus en plus explicitement par les développeurs d’objets et d’équipements connectés aux ressources limitées.

Le cœur Cortex-M23 a vocation à apporter des mécanismes de sécurité aux dispositifs les plus contraints et s’appuie pour cela sur les standards popularisés par le Cortex-M0+ à ultrafaible consommation et empreinte silicium ultracompacte, sachant que la taille du Cortex-M23 est trois plus petite que celle du Cortex-M33 pour une éco-efficacité deux fois meilleure, précise ARM.

Dans le détail, le microcontrôleur sécurisé NuMicro M2351 fonctionne sous une tension d’alimentation comprise entre 1,6 V et 3,6 V et peut être cadencé jusqu’à 48 MHz. Il est équipé de 96 Ko de mémoire SRam et d’une flash de 512 Ko maximum organisée en deux banques pour les mises à jour over-the-air de firmware. On y trouve aussi 32 Ko de ROM d’amorçage sécurisée qui joue le rôle de racine de confiance. Outre la technologie TrustZone, le microcontrôleur, qui affiche une consommation de moins de 1 µA en mode sommeil profond avec rétention de RAM, supporte les mécanismes XOM (eXecution Only Memory), LDROM et divers blocs matériels d’accélération cryptographique. Côté interfaces, le circuit de Nuvoton dispose d’interfaces UART, SPI, I2C, GPIO, USB et ISO 7816-3 (pour la connexion d’un lecteur de cartes à puce). Applications ciblées : les connexions sécurisées d’objets connectés, l’authentification d’empreintes digitales, les lecteurs de cartes EMV, les systèmes d’alarme de sécurité, les nœuds de capteurs, le comptage d’énergie automatique, etc.

Sur le même sujet