L'embarqué > Logiciel > Plate-forme > Logiciels embarqués : le japonais eSOL veut accélérer son implantation et sa croissance en Europe

Logiciels embarqués : le japonais eSOL veut accélérer son implantation et sa croissance en Europe

Publié le 25 mars 2020 à 12:32 par François Gauthier        Plate-forme eSOL

eSOL Europe

Peu connu encore en Europe, le spécialiste japonais de solutions logicielles embarquées eSOL fait pourtant partie des principaux éditeurs de systèmes d’exploitation temps réel dans le monde. Créée en 1975, cotée à la bourse de Tokyo, la société compte quelque 450 employés et a enregistré un chiffre d’affaires d’environ 80 millions de dollars en 2018 (près de 90% du CA étant réalisé au Japon). Elle compte augmenter ce résultat de 10% sur l’année fiscale 2019.

La plate-forme logicielle de la société est centrée sur sa technologie de système d’exploitation multicœur brevetée, capable de fonctionner sur de petits contrôleurs 32 bits jusqu’à des processeurs à plusieurs cœurs. Selon eSOL, elle est déployée dans plus de 100 millions de systèmes embarqués dans le monde (appareils photo numériques, calculateurs automobiles, systèmes IoT industriels, y compris les systèmes d'edge computing, etc.).

Désormais l'éditeur a pour ambition de poursuivre son développement dans le monde, en misant notamment sur l’Europe. Ainsi dès mars 2018, eSOL a créé la filiale eSOL Europe en France, basée près de Soissons et placée sous la direction de Rolland Dudemaine, rencontré par L'Embarqué fin février à l'occasion du salon Embedded World. 

C’est en installant dans un premier temps une base d’ingénierie qu'eSOL a décidé de s’implanter en Europe, l’entité française comptant d’ores et déjà une équipe de sept ingénieurs. « eSOL dispose d’une approche multifacette pour accroître sa présence en Europe, précise Rolland Dudemaine, vice-président d’eSOL Europe (photo ci-contre). Premièrement, nous prévoyons d’embaucher davantage d'ingénieurs en Europe ainsi que des collaborateurs en Allemagne afin d’étendre nos capacités locales de développement produit et de support à nos partenaires technologiques. Cela nous aidera ensuite à accroître nos activités de développement commercial et à fournir un support client plus étroit sur nos principaux marchés verticaux, notamment l’automobile et les équipements industriels. »

Pour la société, il s’agit dorénavant de se développer en fournissant aux OEM sur le sol européen les outils de développement de logiciels embarqués, les OS temps réel, le middleware et les services d'ingénierie qu’eSOL est à même de fournir à toutes les phases d’un projet, de la conception et du développement à la production et à la maintenance. L'éditeur est aussi engagé dans diverses activités de standardisation internationale. En particulier, la société participe directement à l’élaboration des spécifications Autosar en tant que Premium Partner et peut fournir une pile Autosar complète en s’appuyant sur les spécifications de plates-formes Autosar Adaptive ou Autosar Classic associée à son système d'exploitation temps réel conforme Posix.

eSOL est aussi à l’origine de la spécification SHIM (Software-Hardware Interface for Multi-Many Core), récemment officialisée en tant que norme IEEE (IEEE 2804-2019) et qui porte sur la description d’une interface commune aux architectures multicoeurs pour les éditeurs d’OS et d’outils logiciels. Avec pour cette norme un rôle clé joué par Masaki Gondo, directeur technique et directeur général d'eSOL.

Parallèlement, du fait de son approche technologique fondée sur une parallélisation automatique du code sur des architectures multicoeurs, eSOL s’est engagé dans un partenariat actif avec la firme française Kalray, concepteur d’un circuit massivement multicœur. La solution combinée du profil Posix du système d'exploitation temps réel eMCOS de l’éditeur japonais et du processeur "manycore" MPPA de Kalray vise à répondre aux exigences de performances, de sûreté de fonctionnement et de sécurité des marchés automobile, industriel et médical. Avec Kalray, eSOL fait aussi partie des sociétés fondatrices de la fondation Autoware, créée fin 2018 afin de promouvoir la collaboration open source pour les applications liées à la conduite autonome.

Enfin, eSOL a développé ces derniers mois un hyperviseur qui autorise la mise en place de traitements temps réel en parallèle à l'intégration de systèmes Linux ou Android sur une même plate-forme matérielle. Annoncé en sortie officielle dans les prochaines semaines (nous y reviendrons), eMCOS Hypervisor (c’est son nom provisoire) est une fonction de virtualisation intégrée pour le système d'exploitation temps réel eMCOS, implémentée comme une extension Posix de ce dernier.

« Il est important pour une entreprise comme eSOL de rechercher de nouveaux marchés et d'augmenter ses activités à l'échelle mondiale, résume Bob Ueyama, vice-président exécutif chez eSOL. C'est pourquoi nous visons aujourd’hui une accélération de notre déploiement et une plus grande pénétration du marché en Europe et à l’international. »

Sur le même sujet