L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Le français CAILabs, qui pulvérise les limites des infrastructures optiques, lève 5 millions d’euros

Le français CAILabs, qui pulvérise les limites des infrastructures optiques, lève 5 millions d’euros

Publié le 10 juillet 2017 à 11:11 par Pierrick Arlot        Conjoncture

CAILabs

Passée maître dans l’augmentation de la capacité des fibres optiques déjà déployées, la start-up française CAILabs, dont L’Embarqué a réalisé un portrait détaillé en février 2014, vient de boucler une nouvelle levée de fonds, d’une hauteur cette fois-ci de 5 millions d’euros. C’est Safran Corporate Ventures qui a mené l’opération avec la participation d’Innovacom et de Starquest Capital, les investisseurs historiques de CAILabs. Créée en 2013, la société, qui avait déjà levé 3,6 millions d’euros lors de précédents tours de table, compte utiliser cette manne financière pour renforcer son développement industriel et commercial.

CAILabs, dont le chiffre d’affaires a progressé de 160% en 2016, propose depuis 2015 des équipements qui permettent de multiplier potentiellement par 400 les performances des réseaux sur fibre optique des grandes entreprises, des opérateurs, des collectivités et des centres hospitaliers ou universitaires. La technologie innovante de mise en forme de la lumière de la start-up permet en effet d’augmenter la capacité des fibres optiques multimodes déjà déployées. Du coup, les responsables réseau ne sont plus dans l’obligation d’installer de nouvelles fibres aux performances supérieures pour répondre aux besoins d’applications toujours plus gourmandes en bande passante, assure CAILabs. En 2015, l’opérateur de télécommunication japonais KDDI avait pu, grâce aux composants du Français, transmettre dans une fibre optique un débit record 114 fois plus élevé que ce que peut véhiculer classiquement une fibre (voir notre article ici).

Selon CAILabs, 2017 est une année très riche pour la société, tant dans le domaine des télécommunications, avec une forte accélération de ses déploiements en réseaux locaux, que dans le cadre de ses partenariats industriels hors télécoms. La start-up compte d’ailleurs recruter onze salariés d’ici à la fin de l’année pour faire face à cette croissance.

« Cette nouvelle levée de fonds va permettre à CAILabs de se doter de moyens, en particulier humains, pour passer d'une phase d'amorçage à une phase de déploiement, a indiqué Jérôme Lecœur, associé Innovacom Gestion. Mais au-delà de cela, elle témoigne de la capacité de la technologie CAILabs à s'imposer à terme dans des domaines variés au-delà des télécoms. » Dans ce cadre, la jeune firme a concrétisé en 2017 des partenariats d’intégration avec des acteurs industriels de référence en lithographie, fabrication additive et soudure laser. « Ces partenariats permettent de maximiser l’impact de la technologie innovante de CAILabs, explique Jean-François Morizur, PDG et cofondateur de la start-up. En 2017, nous voyons les fruits du partenariat précurseur engagé dès 2015 avec Safran Electrical & Power sur une nouvelle architecture de câblage aéronautique. »

« Au-delà de la priorité que représentent pour l’entreprise les télécoms terrestres, il y a pour CAILabs des opportunités très fortes autour de certains grands métiers de Safran, notamment dans le câblage aéronautique ou autour de l’utilisation de lasers industriels, ajoute Eric Dalbiès, directeur de la stratégie et du M&A de Safran et président de Safran Corporate Ventures. La prise de participation de Safran Ventures va permettre d’accélérer dans ces domaines. »

Sur le même sujet