L'embarqué > Normes & spécifications > Architecture > La “fibre optique de l’espace” se met au service de l’observation de la Terre

La “fibre optique de l’espace” se met au service de l’observation de la Terre

Publié le 22 mars 2018 à 10:28 par Pierrick Arlot        Architecture

SpaceDataHighway

Le système de communication SpaceDataHighway, communément appelé « la fibre optique de l’espace », a commencé de transmettre des images de la Terre acquises par le satellite d’observation Sentinel-2A. Une étape décisive qui, selon Airbus Defence & Space, initiateur du projet, marque officiellement le lancement du service SpaceDataHighway, ici au profit de l'ensemble des quatre satellites Sentinel du programme Copernicus, et ouvre une nouvelle ère pour les utilisateurs d’imagerie spatiale. Le service fait l’objet d’un accord passé entre l’Union européenne et l’Agence spatiale européenne (ESA), propriétaires du programme Copernicus, et Airbus, propriétaire et opérateur du système.

On rappellera que cette « autoroute spatiale de l’espace » vise à fournir des communications laser à très haut débit à 1,8 Gbit/s dans l’espace et à permettre le transfert de diverses informations (images, vidéos, données prises par des capteurs) entre satellites-relais, satellites d’observation de la Terre tournant en orbite basse, drones, avions de surveillance ou stations spatiales du type ISS. Dans ce cadre, il est prévu que le système SpaceDataHighway puisse transférer vers des stations au sol jusqu’à 40 téraoctets par jour de données acquises par des satellites d’observation, des drones ou des avions.

Pour l’heure, le satellite-relais EDRS-A, mis en orbite géostationnaire le 30 janvier 2016, offre une couverture qui s’étend de la côte est du continent américain jusqu’en Inde en passant par l’Europe. Selon Airbus, le volume d’images fournies par la constellation Sentinel-1 a augmenté de près de 50 % grâce à ce service de communication laser. De plus, affirme l’avionneur, SpaceDataHighway améliore considérablement les délais de réception des données pour les observations effectuées hors Europe par Sentinel-1. Un avantage majeur, notamment dans le domaine de la surveillance maritime ou encore pour l’évaluation des dégâts occasionnés par des catastrophes naturelles afin d’organiser au plus vite les secours.

Les satellites de SpaceDataHighway (un 2e satellite-relais doit être lancé cette année pour doubler la capacité du système et augmenter sa couverture et sa redondance) sont conçus pour se connecter par laser à des satellites d’observation en orbite basse tandis que ces derniers scannent la Terre. Depuis sa position en orbite géostationnaire, le système SpaceDataHighway transmet alors en quasi-temps réel vers l’Europe les données recueillies par les satellites d’observation. Dès lors, ces derniers peuvent transférer en continu les informations qu’ils recueillent, au lieu de les stocker à bord jusqu’à ce qu’ils survolent leur propre station sol. Ils sont ainsi en mesure d’envoyer en temps réel de plus grands volumes de données, assure Airbus.

Le système SpaceDataHighway a été développé dans le cadre d’un partenariat public-privé entre l’ESA et Airbus. Les terminaux de communication laser ont été conçus par la société Tesat-Spacecom et le centre aérospatial allemand (DLR). Airbus prévoit d’étendre SpaceDataHighway avec un troisième nœud de communication, EDRS-D, positionné au-dessus de la région Asie-Pacifique.

Sur le même sujet