L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Intelligence artificielle : la "certifiabilité" des systèmes autonomes au menu du nouvel institut toulousain Aniti

Intelligence artificielle : la "certifiabilité" des systèmes autonomes au menu du nouvel institut toulousain Aniti

Publié le 12 juillet 2019 à 12:16 par Pierrick Arlot        Conjoncture

Aniti

Le 24 avril dernier, le gouvernement français a donné son aval à la création de quatre instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle (3IA) afin de doper la recherche, l’innovation et la formation dans le domaine de l’IA. Dans la foulée, quatre sites (Grenoble, Nice, Paris et Toulouse) ont été labellisés pour une période initiale de quatre ans, assortie d’un financement minimal au titre de programme prioritaire de recherche du PIA3 (Plan d’investissement d’avenir) qui mobilisera 75 millions d’euros.

Le 5 juillet dernier, l’institut toulousain Aniti (Artificial and Natural Intelligence Toulouse Institute) a donc été officiellement lancé par Nicolas Viallet, son directeur opérationnel, avec pour objectif de « développer de manière pérenne une IA responsable au service de l’industrie du futur, avec un focus sur la mobilité, la richesse de l’écosystème régional ». Au sein du projet scientifique, trois programmes intégratifs ont été définis : l'acceptabilité de l’IA, la capacité à certifier (« certifiabilité ») des systèmes autonomes et l'aide à l'optimisation des processus industriels. Selon l’institut Aniti, de telles garanties sont requises par le type d'applications ciblées par le projet comme par exemple les véhicules autonomes du futur.

Pendant deux ans, l'accent sera donc mis sur l'aéronautique, le véhicule autonome et les transports du futur, mais aussi l'industrie des satellites. Parmi les acteurs principaux dans ces domaines figurant dans la liste de plus de cinquante partenaires du projet Aniti, on peut citer des industriels comme Airbus, Thales, Renault ou Continental, des laboratoires de recherche comme le LAAS (Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes) du CNRS, l'IRIT (Institut de recherche en informatique de Toulouse), l'IMT (Institut de mathématiques de Toulouse, mais aussi de grandes écoles et universités, comme Toulouse INP-ENSEEIHT ou l'université Toulouse III - Paul Sabatier. Porté par l’université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées dans le cadre du PIA3 (Plan Villani), l’institut Aniti bénéficie aussi du soutien financier de la région Occitanie (24 M€) et de Toulouse Métropole (4 M€).

Vous pouvez aussi suivre nos actualités sur la vitrine LinkedIN de L'Embarqué consacrée à l’intelligence artificielle dans l’embarqué : Embedded-IA https://www.linkedin.com/showcase/embedded-ia/

Sur le même sujet