L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > Intel dope un processeur de vision artificielle avec un moteur de calcul neuronal

Intel dope un processeur de vision artificielle avec un moteur de calcul neuronal

Publié le 29 août 2017 à 11:37 par Pierrick Arlot        Composant  Intel

Movidius Myriad X

Intel vient de procéder à sa première annonce majeure dans le domaine de la vision artificielle depuis le rachat de la société Movidius l’année dernière. Avec le lancement du VPU (Vision Processing Unit) Movidius Myriad X, le fabricant de semi-conducteurs estime mettre sur le marché le premier SoC disposant d’un moteur de calcul neuronal spécifique chargé d’accélérer les opérations d’inférence dans les applications d’apprentissage automatique.

Selon Intel, ce moteur est un bloc de silicium embarqué conçu tout particulièrement pour exécuter des réseaux de neurones profonds à haute vitesse avec éco-efficacité et ce sans compromis sur la précision, permettant de ce fait aux équipements (drones, robots, caméras intelligentes, systèmes de réalité virtuelle…) de visualiser et comprendre leur environnement et de réagir en temps réel. Avec ce moteur de calcul neuronal, l’architecture Myriad X est capable de développer une puissance de 1 Tops (Tera Operations par Second) sur les fonctions d’apprentissage automatique, assure Intel.

« Avec Myriad X, nous redéfinissons ce qu’est un VPU lorsqu’il s’agit de proposer le maximum de puissance de calcul possible pour les opérations d’intelligence et de vision artificielles dans les contraintes énergétiques et thermiques d’équipements modernes sans fil et sans câble d’alimentation », assène le Français Rémi El-Ouazzane, vice-président et directeur général de Movidius, Intel New Technology Group.

Apte à délivrer une puissance globale de 4 Tops dans un boîtier de 8,7 x 8,5 mm, le SoC Myriad X, qui constitue la 3e génération des processeurs Movidius, est en fait constitué de trois éléments architecturaux qui viennent s’ajouter au moteur de réseau neuronal. On y trouve également 16 processeurs vectoriels 128 bits VLIW programmables et dotés d’un jeu d’instructions optimisé pour les tâches de vision artificielle, plus d’une vingtaine de blocs d’accélération matériels réservés aux algorithmes de traitement d’image et de vision ainsi qu’aux inférences d’apprentissage automatique profond, et enfin 2,5 Mo de mémoire embarquée dotée d’une bande passante interne de plus de 450 Go/s, évitant le recours à une mémoire externe, synonyme de consommation d’énergie supplémentaire. Le SoC Myriad X est également pourvu de 16 interfaces Mipi pour la connexion d’un maximum de huit caméras RGB à haute définition.

Sur le même sujet