L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > Ceva promet un bloc d’IP compatible 5G NR gonflé à l’intelligence artificielle

Ceva promet un bloc d’IP compatible 5G NR gonflé à l’intelligence artificielle

Publié le 26 février 2018 à 08:13 par Pierrick Arlot        Composant  Ceva

Ceva PentaG

Pas de répit pour Ceva, le fournisseur de cœurs de DSP et processeurs d’intelligence artificielle avec un focus sur les technologies de vision, de communication et de connectivité. Après avoir dévoilé son intention de lancer de blocs d’IP compatibles avec la future norme 802.11ax (lire notre article ici), la société, en préambule du Mobile World Congress 2018 qui ouvre ses portes aujourd’hui 26 février à Barcelone, a annoncé PentaG, une plate-forme 5G de type IP adaptée aux besoins des applications mobiles large bande évoluées eMBB (enhanced Mobile BroadBand).

Compatible avec la spécification 5G NR qui sera intégrée dans la norme 3GPP Release 15 (et apte à évoluer par mise à jour logicielle vers la future Release 16), cette plate-forme cible le marché des smartphones, de l’accès sans fil fixe et des équipements embarqués qui peuvent tirer bénéfice d’un débit de plusieurs Gbit/s pour mettre en œuvre des applications et services tels que le streaming vidéo 4K, la réalité virtuelle ou augmentée, la conduite autonome ou le large bande résidentiel.

Afin de répondre aux besoins massifs de performance ainsi qu’aux défis techniques associés au traitement 5G, PentaG associe des processeurs DSP scalaires et vectoriels spécialisés et renforcés d’un jeu d’instructions 5G étoffé, des coprocesseurs spécifiques, des accélérateurs, du logiciel et d’autres blocs d’IP essentiels au sein d’une architecture configurable et modulaire, précise Ceva. Selon la société, on y trouve en particulier un processeur d’intelligence artificielle (IA) qui met à profit des techniques d’apprentissage automatique pour délivrer des performances huit fois supérieures aux approches logicielles conventionnelles lors de l’exécution d’algorithmes d’adaptation de liens radio. Par ailleurs, continue Ceva, grâce à la présence de coprocesseurs et accélérateurs spécialisés (comme une unité de calcul MAC vectorielle, VMU), la plate-forme PentaG consomme jusqu’à 50% moins d’énergie pour les tâches habituellement traitées par les modems radio, le tout dans les contraintes de faible latence et les exigences de très hauts débits de l’interface 5G NR.

« Nous avons conçu PentaG pour dépasser les limites conventionnelles des architectures LTE/LTE-Advanced qui reposent sur des DSP et qui ne peuvent évoluer pour prendre en charge la 5G », précise Michael Boukaya, vice-président et directeur général des activités Wireless de Ceva. L’architecture échelonnable de la plate-forme, apte à soutenir un débit de 10 Gbit/s, pourrait notamment s’accommoder des technologies radio les plus avancées telles que le Mimo massif, la formation dynamique de faisceaux et les modes d’adaptation de lien radio complexes.

Outre le processeur IA et l’unité VMU, on trouve dans la plate-forme PentaG un DSP Ceva-XC4500 optimisé pour la 5G, une grappe de DSP Ceva-X2 (pour le contrôle de la couche PHY 5G) et des accélérateurs de codage et décodage de codes correcteurs d’erreurs polaire et LDPC. La plate-forme, qui sera disponible sous licence à partir du troisième trimestre 2018, est proposée avec un environnement de développement matériel et logiciel complet bâti autour d’une carte FPGA.

Sur le même sujet