L'embarqué > Normes & spécifications > Architecture > La première brique normative d’ampleur pour la radio 5G est désormais gravée dans le marbre

La première brique normative d’ampleur pour la radio 5G est désormais gravée dans le marbre

Publié le 03 janvier 2018 à 16:07 par Pierrick Arlot        Architecture

Logo 5G

Le 21 décembre dernier, le groupe de spécification technique TSG RAN (Radio Access Network) de l’organisme de standardisation 3GPP, réuni en assemblée plénière, a finalisé la première version applicable de la norme 5G NR (New Radio). Une étape qui donne le coup d’envoi à des développements de grande envergure de l’interface radio 5G NR pour des pilotes à grande échelle et des déploiements commerciaux à partir de 2019 (voire dès cette année si l’on en croit l’opérateur China Telecom).

L’annonce a été saluée par un aréopage d’opérateurs mobiles, d’équipementiers télécoms et de fournisseurs de semi-conducteurs dont AT&T, BT, China Mobile, China Telecom, China Unicom, Deutsche Telekom, Ericsson, Fujitsu, Huawei, Intel, LG, MediaTek, NEC, Nokia, NTT DoCoMo, Orange, Qualcomm, Samsung, Sony, Sprint, TIM, Telefonica, Telia, T-Mobile, Verizon, Vodafone et ZTE.

Rappelons qu’en février 2017, lors du Mobile World Congress, tous ces acteurs avaient décidé d’accélérer le planning de la normalisation de la 5G NR en introduisant un jalon intermédiaire qualifié de « non-standalone » (NSA). La version NSA, qui a donc été finalisée fin 2017 et qui sera introduite dans la Release 15 des spécifications 3GPP, vise à réutiliser le réseau cœur et radio 4G LTE pour la gestion de la mobilité et la couverture tout en y ajoutant une nouvelle porteuse 5G.

La version 5G NR dite « stand-alone » (SA), quant à elle, implique la prise en charge de l’intégralité du plan de contrôle et du plan utilisateur par l’interface 5G NR sur la base d’une architecture de cœur de réseau 5G (telle que définie aussi par le 3GPP). Cette dernière sera introduite selon toute probabilité en juin 2018 dans la Release 15 dès qu’elle sera prête. A noter que les spécifications des couches inférieures de la 5G NR ont été conçues de telle sorte qu’elles pourront prendre en charge le fonctionnement de la 5G NR en modes NSA et SA de manière uniforme, afin d’éviter une fragmentation du futur écosystème, indique le 3GPP.

Dans la foulée de l’annonce de l’organisme de standardisation, plusieurs sociétés ont effectué une démonstration d’interopérabilité d’équipements compatibles avec le standard 3GPP 5G NR NSA. Avec la bénédiction des opérateurs AT&T, NTT DoCoMo, Orange, SK Telecom, Sprint, Telstra, T-Mobile US, Verizon et Vodafone, Ericsson et Qualcomm ont pu faire communiquer avec succès « over-the-air » les stations de base 5G NR précommerciales du premier avec les prototypes d’équipements abonnés 5G NR du second, aussi bien dans la bande des 3,5 GHz que dans la bande des 28 GHz.

De son côté, l’opérateur américain Sprint s’est réjoui que la spécification 3GPP 5G NR NSA avalise aussi l’usage de la bande de fréquence des 2,5 GHz (dont plus de 160 MHz sont disponibles sur les cent plus importants marchés des Etats-Unis). Dans ce cadre, Sprint travaille avec Qualcomm et SoftBank sur les technologies 5G afférentes ainsi qu’avec les équipementiers Ericsson, Nokia et Samsung pour la disponibilité commerciale de bout en bout de la 5G NR d’ici la fin 2019 dans le spectre 2,5 GHz que l’opérateur détient outre-Atlantique.

Sur le même sujet