L'embarqué > Matériel & systèmes > Objet de la semaine > Un traceur d’actifs approuvé pour l’aérien détecte les phases de décollage et d’atterrissage

Un traceur d’actifs approuvé pour l’aérien détecte les phases de décollage et d’atterrissage

Publié le 26 mars 2021 à 12:21 par Pierrick Arlot        Objet de la semaine

Next4

Après la mise sur le marché il y a bientôt un an d’une solution de suivi de conteneurs avec un premier traceur réutilisable (référencé N402), la start-up toulousaine Next4, à laquelle L’Embarqué a consacré un portait détaillé en décembre 2019, étend son offre avec un produit plus compact que son prédécesseur, pensé pour le transport de marchandises routier, ferroviaire et tout particulièrement aérien.

De fait le traceur N402i, s’il possède toutes les caractéristiques de son aîné (lire les détails ici), n’a pas été étudié pour émettre depuis l’intérieur d’un conteneur comme le modèle « en L » N402 (qui se positionne sur le montant de la porte dudit conteneur). Il peut se glisser dans des cartons ou se fixer sur des boîtes ou des palettes grâce à ses languettes latérales et, surtout, il est équipé d’un algorithme de détection de décollage et d’atterrissage mis au point par la jeune société. Conforme aux spécifications nécessaires pour le transport aérien IATA (batterie agréée, émissions maîtrisées) et déjà approuvé par Air Canada Cargo, ANA Cargo,  Air Bridge Cargo et Qatar Airways, le traceur N402i permet d’ouvrir l’offre de l’entreprise sur le fret aérien et offre ainsi un suivi de marchandises quel que soit le mode de transport, entre route, rail et air.

Comme pour le suivi de conteneurs, cette nouvelle solution multimodale fonctionne également avec la plate-forme en ligne N4VIEW qui permet d’accéder au suivi temps réel des expéditions de marchandises, précise Next4.

A noter que la start-up a validé en 2020 la compatibilité de son traceur de conteneurs avec les spécifications de la DCSA (Digital Container Shipping Association). Cet organisme, qui réunit des transporteurs maritimes comme MSC, Mærsk, CMA CGM, Hapag-Lloyd, ONE, Evergreen, Yang Ming, HMM et ZIM, a publié en juin 2020 des spécifications d'interface de connectivité IoT pour les conteneurs transportés par bateaux.

Selon la DCSA, ces spécifications sont destinées aux exploitants et propriétaires de navires ainsi qu’aux ports, aux terminaux et parcs à conteneurs, aux prestataires de services de logistique à terre et à d'autres tiers afin de garantir l'interopérabilité entre solutions de conteneurs intelligents au niveau de l'interface radio.

Téléchargeables gratuitement, les spécifications, qui portent le nom générique de DCSA IoT Standard for Gateway Connectivity interfaces, portent plus particulièrement sur les interfaces de connexion radio entre une passerelle et le conteneur proprement dit, la passerelle pouvant être déployée sur un navire, à terre, sur des lieux d’événements et au sein d’appareils portables. (Les interfaces entre la passerelle et une infrastructure réseau ne sont pas couvertes par les spécifications.)

La solution Next4, déjà utilisée par de nombreux transitaires et compagnies maritimes, apporte un suivi en temps réel de la position d’un conteneur et de ses évènements tels que la température, l’humidité, les chocs ou encore son chargement sur un bateau. L’un des éléments clés de la solution est sa compatibilité avec le BLE (Bluetooth Low Energy), faisant également partie du standard de la DCSA. Cette technologie permet des cas d’usage variés tels que le contrôle de la présence des marchandises dans le conteneur, le suivi des intervenants sur le conteneur ou encore l’émission du numéro du conteneur pour communiquer avec les relais de point de passage.  

Sur le même sujet