L'embarqué > Matériel & systèmes > Connectivité > Un projet commun à l’Europe et à Taïwan planche sur la 5G dans les réseaux privés industriels

Un projet commun à l’Europe et à Taïwan planche sur la 5G dans les réseaux privés industriels

Publié le 12 février 2020 à 11:50 par Pierrick Arlot        Connectivité

5G Conni

[EDITION ABONNES] Selon ABI Research, 5,3 millions de connexions 5G seront activées dans les usines en 2026 (lire notre article ici). Alors que plusieurs industriels, à l’instar de Qualcomm et Siemens, travaillent déjà sur des preuves de concept visant à prouver la faisabilité de déploiement d’infrastructures 5G en environnement industriel, un projet de recherche réunissant Européens et Taïwanais sur le sujet est sur les rails depuis quelques semaines.

Lancé officiellement en octobre dernier pour une durée de trois ans et financé à hauteur de deux millions d’euros chacun par l’Union européenne et le ministère taiwanais des Affaires économiques, le projet 5G Conni (Private 5G Networks for Connected Industries) s’est donné pour objectif de démontrer les avantages des technologies radio, réseau et cloud 5G pour les applications de l'industrie 4.0. Dans le cadre d’un banc d'essai international, plusieurs sites de production européens et taïwanais seront en outre équipés de technologies 5G pour étudier leur adéquation aux cas d'usage ciblés.

Les applications industrielles imposent des exigences techniques particulières aux systèmes de communication 5G sur des indicateurs de performance clés tels que la latence, la variation de délai de transmission des paquets, la fiabilité ou le débit envisageable. La capacité de ces systèmes à garantir des comportements déterministes est également de prime importance. Ces exigences sont en effet généralement assez différentes de celles qui ont traditionnellement guidé la conception et le déploiement de réseaux mobiles terrestres publics, indique l’institut Fraunhofer HHI (Heinrich Hertz Institute) qui coordonne le projet 5G Conni.

Dans ce cadre, alors que certaines technologies 5G telles que le découpage réseau (network slicing) permettent potentiellement de gérer des applications industrielles au sein de réseaux publics, le saut de génération offre la possibilité de ré-architecturer non seulement le réseau mais aussi les modèles d'opérateur et de déploiement. La mise en place de réseaux 5G privés, fonctionnant en local et optimisés pour des applications spécifiques, est ainsi considérée par les partenaires du projet comme un élément essentiel à la réalisation des promesses de la 5G et de l’industrie 4.0.

Selon le laboratoire de recherche allemand, des organismes de réglementation, en particulier en Europe, ont déjà entamé des processus d'attribution de fréquences 5G en local, utilisables pour déployer et exploiter des réseaux 5G entièrement privés. Le projet 5G Conni compte donc contribuer à ce développement avec des études sur des aspects spécifiques, tels que les modèles d'opérateur ou la planification réseau et radio.

Côté européen, le projet 5G Conni réunit, outre l’institut Fraunhofer HHI, le groupe Bosch et la société italienne Athonet, un pionnier dans le domaine des solutions logicielles pour réseaux radio mobiles privés. Leur expertise est complétée par deux partenaires académiques, le CEA-Leti et l'université de Rome. Les deux principaux instituts de recherche taïwanais, l’Itri (Industrial Technology Research Institute) et l’III (Institute for Information Industry), l’opérateur de réseau mobile Chunghwa Telecom et l’équipementier Alpha Networks forment la composante asiatique du projet.

Sur le même sujet