L'embarqué > Normes & spécifications > Architecture > Un premier train semi-autonome a roulé sur le réseau ferré français

Un premier train semi-autonome a roulé sur le réseau ferré français

Publié le 17 décembre 2020 à 12:11 par Pierrick Arlot        Architecture

locomotive Prima BB 27000
Pour la première fois en France, une locomotive a circulé en autonomie partielle dans des conditions d’exploitation réelles, avec des fonctions d’accélération et de freinage 100% automatisées. Selon la SNCF, cet essai, réalisé le 29 octobre dernier, marque une étape clé dans le projet Train Autonome lancé officiellement en 2018 (lire notre article ici). Un projet mené notamment par le consortium formé de la SNCF, des sociétés Alstom, Altran (du groupe Capgemini), Apsys et Hitachi Rail, et de l’Institut de recherche technologique (IRT) Railenium.
 
Dans les faits, une locomotive Prima BB 27000 a circulé en autonomie partielle sur le réseau ferré national entre Longwy et Longuyon dans l’est de la France, sur une ligne équipée du système de signalisation européenne ERTMS, et ce sous la surveillance d’un conducteur. Le consortium a réalisé l'ensemble des étapes ayant permis cet essai important, du design à la description des systèmes informatiques, en passant par les câblages ou la programmation des logiciels. Un travail auquel ont contribué près d'une centaine de personnes issues de l'ensemble des entreprises partenaires.
 
La prochaine étape clé du projet sera la circulation, fin 2021, d’un train avec le même niveau d’autonomie partielle sur une ligne équipée de signalisation latérale (*) sans aucune modification de l'infrastructure. Cette étape permettra à la SNCF et ses partenaires de maîtriser l’ensemble des possibilités de circulation en autonomie partielle, quel que soit le système de signalisation.
 
En parallèle, les travaux d’ingénierie vont se poursuivre pour développer les différentes fonctions nécessaires à l'autonomie complète telles que la détection d'obstacles et la surveillance de l'environnement. Douze sessions d’essais sont programmées et devront permettre d’ajouter progressivement les fonctions nécessaires pour augmenter le niveau d’autonomie. Ces étapes mèneront ensuite le consortium vers son objectif final : faire circuler un prototype en autonomie complète en 2023.
 
On rappellera que l’automatisation des trains doit se traduire par la possibilité de faire rouler plus de trains sur une même ligne, l’assurance d’une plus grande régularité des temps de parcours et une diminution de la consommation d’énergie.
 
(*) La signalisation latérale est la signalisation en vigueur avant le déploiement de la signalisation européenne ERTMS et toujours utilisée sur la grande majorité des lignes (hors grande vitesse).

Sur le même sujet