L'embarqué > Matériel & systèmes > Sous-système > Toradex commercialise en volume un module processeur de 82 x 45 mm bâti sur l’i.MX 8QuadMax

Toradex commercialise en volume un module processeur de 82 x 45 mm bâti sur l’i.MX 8QuadMax

Publié le 15 octobre 2019 à 09:57 par Pierrick Arlot        Sous-système Toradex

Apalis iMX8

Spécialisée dans le développement et la commercialisation de modules processeurs à architecture Arm, la firme suisse Toradex annonce la disponibilité en volume de son module processeur Apalis bâti sur l’i.MX 8QuadMax de NXP. Un produit proposé à quelques partenaires clés de la société helvète depuis plusieurs mois dans le cadre de son programme Early Access et qui sera accessible jusqu’en 2030 au minimum.

Présenté comme le plus performant de la famille des puces-systèmes SoC i.MX 8, l’i.MX 8QuadMax se décline autour de deux cœurs Arm Cortex-A72 et quatre cœurs Cortex-A53 auxquels viennent s’ajouter deux cœurs de microcontrôleur Cortex-M4F ainsi qu’une double unité graphique 3D GC7000 (d’origine Vivante) prenant en charge les API OpenGL 3.0, OpenGL ES 3.1 et Vulkan ainsi que quatre afficheurs 1080p (ou un écran 4K). Un DSP additionnel Tensilica HiFi4 apporte un certain niveau de flexibilité pour diverses applications dont les cœurs principaux peuvent être déchargés. Les cœurs de microcontrôleur, quant à eux, peuvent se charger des applications temps réel ou rester connectés lorsque les cœurs Cortex-A72/A53 sont mis en veille pour des contraintes de consommation.

Outre l’i.MX 8QuadMax (ou l’i.MX 8QuadPlus), le module Apalis iMX8 de Toradex, aux dimensions de 82 x 45 mm, embarque un module de connectivité Bluetooth 5 et Wi-Fi bibande 802.11ac 2x2 MU-Mimo. Conçu pour les applications de traitement du signal, de vision artificielle et d’interface homme/machine, le dernier-né de la gamme Apalis de la société suisse (et à ce titre compatible au niveau brochage avec les modèles i.MX 6 et Nvidia de Toradex) profite également des mécanismes de virtualisation et de protection des ressources câblés dans l’i.MX 8QuadMax ainsi que des technologies de sécurité intégrées dans le processeur de NXP (lire notre article ici pour plus de détails).

Au niveau logiciel, le module Apalis iMX8 prend en charge un BSP Linux fondé sur le projet Yocto ainsi que la récente plate-forme industrielle Linux Torizon de Toradex censée faciliter la maintenance et l’évolutivité (lire notre article ici). Parmi les systèmes d’exploitation fournis par des partenaires de la firme helvète, on citera Android (au travers de la société Kynetics), QNX (BlackBerry) et Integrity (Green Hills). Parmi les autres sociétés à avoir déjà annoncé des modules processeurs i.MX 8QuadMax, on citera Advantech, Congatec, iWave, Phytec, Seco et Variscite.

Sur le même sujet