L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Systèmes embarqués pour l’avionique : l’IRT Saint-Exupéry ouvre une antenne à Sophia Antipolis

Systèmes embarqués pour l’avionique : l’IRT Saint-Exupéry ouvre une antenne à Sophia Antipolis

Publié le 18 décembre 2017 à 12:39 par Pierrick Arlot        Conjoncture

IRT Saint-Exupéry

Déjà implanté dans le Grand Sud-Ouest sur ses sites de Toulouse et Bordeaux, l’Institut de recherche technologique (IRT) Saint-Exupéry, focalisé sur l’aéronautique, le spatial et les systèmes embarqués, continue de se développer et se tourne aujourd’hui vers la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Fin novembre, l’IRT a ouvert une nouvelle antenne sur le campus de Sophia Antipolis dans le cadre du développement de ses nouvelles activités dans les domaines des systèmes embarqués et des systèmes électriques. Cette installation en région PACA vise à répondre aux attentes de Thales Alenia Space, l’un des membres fondateurs de l’IRT Saint-Exupéry et à renforcer la collaboration avec l’Inria à travers un projet commun.

Avec pour objectifs de développer une avionique très intégrée et à bas coût et d’effectuer la transition vers les nouvelles technologies associées aux processeurs multicœurs utilisés dans le commerce, le projet Atippic (Avionique Très Intégrée pour Petites Plateformes Incluant des COTS, composants disponibles sur étagère) souhaite ouvrir la voie à l’intégration de plusieurs fonctions avioniques sur une même carte cœur. Le projet réunit quatre partenaires industriels (Thales Alenia Space, SII, Steel, Syrlinks), un partenaire académique (l’Inria) et un partenaire collaboratif (le Cnes).

Doté d’un budget total de 4,4 millions d’euros, Attipic mobilise 8 équivalents temps plein de l’IRT Saint-Exupéry. La mise en place rapide du projet a été facilitée par la mise à disposition de locaux de l’Inria pour héberger les équipes de l’IRT Saint-Exupéry. Selon l’Institut de recherche technologique, l’antenne de Sophia Antipolis concrétise également une ambition partenariale élargie qui prendra forme à travers de nouveaux projets de recherche à l’horizon 2018. En avril prochain devrait ainsi être lancé un projet dans le domaine du traitement de l’image embarquée ouvert à des partenaires issus du spatial et de l’automobile. Devraient suivre un projet dans le domaine du stockage et de la gestion de l’énergie (juillet 2018) et deux projets envisagés dans le domaine du traitement de l’image embarqué (2018/2019).

Sur le même sujet