L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Spécialiste de la géolocalisation indoor, la start-up française Uwinloc lève 4,5 millions d’euros

Spécialiste de la géolocalisation indoor, la start-up française Uwinloc lève 4,5 millions d’euros

Publié le 18 mai 2018 à 09:54 par Pierrick Arlot        Conjoncture

Uwinloc

Créée en 2015, la jeune pousse française Uwinloc, qui a développé une solution de géolocalisation indoor reposant sur l’usage d’étiquettes fonctionnant sans piles, a bouclé fin avril un tour de table de 4,5 millions d’euros auprès de la société de capital-risque Elaia Partners à laquelle se sont joints trois fonds d’investissement (ACE Management, Galia Gestion et M-Capital Partners).

Focalisée sur les marchés de la logistique et de la production industrielle, la start-up, dont l’effectif s’élève aujourd’hui à plus de 40 personnes dont la moitié en recherche et le développement, est entrée dans une phase de transition visant à transformer des projets pilotes réussis en déploiements industriels de grande envergure. La solution Uwinloc serait ainsi déjà utilisée par plus d’une trentaine d’entreprises importantes (dont Alstom, Airbus, Safran, Thales…) réparties dans six pays différents dont les Etats-Unis.

Dans ce cadre, la levée de fonds vise non seulement à accélérer l’industrialisation des produits Uwinloc et à étendre ses activités dans des secteurs comme la grande distribution et la santé, mais aussi à renforcer ses efforts de R&D et à accroître sa présence outre-Atlantique et en Asie.

Adaptée aux environnements industriels et logistiques 4.0 pour localiser et identifier des volumes importants d'actifs (outils, pièces détachées, machines industrielles, emballages, palettes...), la solution de géolocalisation indoor d’Uwinloc repose sur des étiquettes à apposer sur les produits à suivre, des balises fixes, un serveur et un logiciel de visualisation. Les étiquettes, qui communiquent via une technologie radio à ultralarge bande UWB, sont capables de récupérer l’énergie nécessaire aux transmissions à partir des ondes électromagnétiques environnantes, explique la start-up. Lorsque l’énergie récupérée est suffisante, elles émettent un signal vers les balises qui communiquent aussi entre elles, permettant au système de localiser les objets avec une précision de 30 centimètres. Les étiquettes et les objets étiquetés peuvent alors être positionnés sur un logiciel de visualisation 3D.

21 juin 2016

 "1, 2, 3... 5G ! La course mondiale à la norme 5G passe par les tests"

> Lien

Sur le même sujet