L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Schneider Electric rejoint le comité de pilotage de l’Industrial Internet Consortium

Schneider Electric rejoint le comité de pilotage de l’Industrial Internet Consortium

Publié le 08 octobre 2015 à 11:39 par Pierrick Arlot        Conjoncture

Logo IIC
Le comité de pilotage du consortium IIC (Industrial Internet Consortium), constitué depuis le lancement officiel de l’organisme en mars 2014 par des représentants de AT&T, Cisco, GE, IBM et Intel, vient d’accueillir deux nouveaux membres issus de sociétés européennes, en l’occurrence Tanja Rueckert, vice-présidente exécutive en charge de la division IoT & Innovation clientèle chez SAP, et John Tuccillo, vice-président senior en charge des Affaires gouvernementales et industrielles chez Schneider Electric.
 
Fort de plus de 180 membres, le consortium IIC s’est donné comme tâche de formuler des exigences en matière de standards d’interopérabilité et de définir des architectures communes pour la connexion des équipements intelligents, des machines, des processus et des masses de données potentiellement exploitables par les industriels pour l’amélioration et l’optimisation de leurs activités. En siégeant au sein de l’organisme aux côtés d’entreprises telles que AT&T, Cisco, General Electric, IBM et Intel, Schneider Electric estime pouvoir « assumer un rôle plus central dans l’établissement des recommandations et du cadre industriel nécessaires à une accélération plus rapide de l’adoption des technologies IoT à travers le monde ».
 
« La prochaine vague de transformation dans la production industrielle et les usines proviendra de la façon dont la connectivité peut amener encore plus d’intelligence, a commenté Richard Soley, directeur général de l’IIC. C’est là que l’esprit d’innovation d’entreprises comme Schneider Electric et d’autres membres du consortium entre en jeu. À l’instar de celle de ses homologues, l’innovation proposée par Schneider Electric dans les domaines de l’efficacité énergétique et des processus ainsi que ses produits et solutions connectés aideront à faire passer l’IoT au stade supérieur – là où la vie des individus, les processus et l’ensemble des chaînes d’approvisionnement connaîtront une transformation majeure. »
 
Récemment, le groupe français a lancé la marque Life Is On qui doit rassembler tous ses produits et solutions qui visent à construire une « intelligence opérationnelle », base de l’Internet des objets à la sauce industrielle. Selon Schneider Electric, cette approche repose sur des automatismes et du contrôle optimisés, une gestion avancée à distance, la maintenance prédictive, une plate-forme de services intégrés, des analyses évoluées et la production d’informations exploitables. « Elle doit ainsi stimuler une prise de décision optimale dans nos maisons, nos usines, nos centres de données, nos bâtiments ou nos villes », précise un communiqué de presse de la société. 

Sur le même sujet