L'embarqué > Logiciel > Plate-forme > Schneider Electric parie sur Microsoft et Intel pour sa plate-forme IoT de bout-en-bout EcoStruxure

Schneider Electric parie sur Microsoft et Intel pour sa plate-forme IoT de bout-en-bout EcoStruxure

Publié le 30 novembre 2016 à 12:51 par Pierrick Arlot        Plate-forme

Schneider Electric

Conçue initialement comme une architecture système générique dédiée à la mise en place de systèmes de gestion d’énergie intelligents, la plate-forme EcoStruxure de Schneider Electric vient d’être mise à niveau afin, selon le groupe français, de faciliter « le déploiement massif de solutions IoT pour les marchés des bâtiments, des infrastructures de distribution d’électricité, de l’industriel et des centres de données ». Cette version améliorée qui se veut ouverte, évolutive et interopérable a vocation à interconnecter via des protocoles IP trois domaines clés du savoir-faire technologique de Schneider Electric : les produits connectés (capteurs, disjoncteurs basse et moyenne tension, variateurs, actionneurs…), le contrôle/commande en bordure de réseau (Edge Control) et les services, applications et outils d’analyse de données.

Dans le domaine du contrôle/commande en bordure de réseau, là où les technologies informatiques (IT) et opérationnelles (OT) ont aujourd’hui tendance à converger et qui apporte aux entreprises la capacité critique de gérer leurs opérations sur site ou à distance depuis le cloud, selon leurs besoins, le groupe français estime disposer de plates-formes connectées, accessibles à distance et dotées de fonctionnalités évoluées en termes d’automatismes et de commande opérateur. Les fonctionnalités locales de contrôle et de pare-feu y sont également incluses pour en maximiser le bénéfice, notamment pour des applications critiques, assure Schneider Electric.

Enfin la société estime ces dernières années avoir investi en R&D pour développer son offre en logiciels, outils d’analyse et services qui s’est aussi renforcée avec des acquisitions récentes comme celles d’Invensys, de Telvent et de Summit Energy. Selon Les Echos, l’ensemble des activités regroupées sous la bannière Eco­Struxure réalise déjà plus de 40 % des quelque 26 milliards d’euros de chiffre d’affaires du groupe Schneider Electric, mais les services en eux-mêmes ne représentent que 15 % des revenus de l'entreprise. L'ambition de Schneider Electric est clairement de faire grimper ce pourcentage...

Parallèlement à l’annonce de la version revisitée de l’architecture système EcoStruxure, Schneider Electric a révélé avoir travaillé avec des partenaires de renom pour élaborer cette nouvelle offre, et non des moindres. Le groupe hexagonal exploite ainsi la plate-forme en nuage Azure IoT de Microsoft pour ses services numériques, ses applications et ses outils d'analyse. Azure constitue en fait l’infrastructure dorsale d’EcoStruxure dans le cloud et permet, selon Schneider Electric, de faciliter les développements technologiques sur la plate-forme. Conext 2 Advisor est l’un de ces nouveaux services numériques disponibles dans le cloud Azure. Accessible depuis un ordinateur ou un appareil mobile, il permet de gérer et d’optimiser les performances de centrales solaires.

L’autre grand partenaire de Schneider Electric n’est autre qu’Intel dont les composants logiques programmables de type FPGA (issus du rachat d’Altera) sont et vont être exploités dans les capteurs, équipements, infrastructures réseau et cloud de la plate-forme EcoStruxure. D’autres partenariats, comme ceux engagés avec Zuora, spécialiste des outils logiciels d’aide à la gestion de la relation avec les abonnés, ou Panasonic (dans le domaine de la gestion énergétique des bâtiments), devraient être annoncés ultérieurement.

Sur le même sujet