L'embarqué > Matériel & systèmes > Objet de la semaine > Quand le tensiomètre connecté est aussi un électrocardiogramme et un stéthoscope électronique

Quand le tensiomètre connecté est aussi un électrocardiogramme et un stéthoscope électronique

Publié le 25 janvier 2019 à 10:38 par Pierrick Arlot        Objet de la semaine

Withings
D’après plusieurs études cliniques, les personnes souffrant d’hypertension artérielle présentent des risques plus élevés de valvulopathie et de fibrillation auriculaire. Or ces pathologies, souvent sous-diagnostiquées, peuvent être silencieuses et sont donc difficilement repérables sans un suivi médical régulier. D’où l’idée de la société française Withings de lancer le premier tensiomètre connecté pour particuliers qui, à la fois, mesure la tension artérielle, réalise un électrocardiogramme et écoute le son du cœur grâce à un stéthoscope numérique. Le tout aussi facilement qu’avec un tensiomètre classique.
 
Dans le détail, l’électrocardiogramme permet de détecter une éventuelle fibrillation auriculaire, forme d’arythmie la plus courante et qui est à l’origine d’un tiers des AVC. Le stéthoscope électronique peut, quant à lui, détecter les principales formes de valvulopathies. Elles se caractérisent par le mauvais fonctionnement d’une des quatre valves cardiaques, et peuvent nécessiter une intervention chirurgicale afin d’éviter une insuffisance cardiaque. Ainsi, assure Withings, les utilisateurs, via un simple suivi de la tension artérielle à la maison, augmentent leurs chances de détecter des maladies qui seront alors prises en charge plus rapidement par les professionnels de santé.
 
« Avec Withings BPM Core, nous élargissons la fenêtre temporelle de détection de maladies du cœur fréquentes, pouvant être graves et qui sont malheureusement sous-diagnostiquées, ceci avec un appareil qui peut être utilisé facilement au quotidien chez soi », indique Eric Carreel, le président de Withings, société qui a repris son indépendance après deux ans passées au sein du groupe Nokia (lire notre article ici).
 
Ressemblant à un brassard classique, le tensiomètre trois-en-un Withings BPM Core, dont les données sont envoyées à l’application Health Mate sur smartphone via Bluetooth ou Wi-Fi, est doté de capteurs médicaux perfectionnés discrètement intégrés à l’appareil. Il inclut deux électrodes en acier inoxydable situées à l’intérieur du brassard et une sur le tube (là où l’utilisateur, avec le brassard autour du bras, doit placer son autre main pour enregistrer un électrocardiogramme), ainsi qu’une membrane en silicone abritant le stéthoscope électronique (que l’utilisateur doit appliquer sur sa poitrine tout en gardant le brassard). Le patient n’a qu’à appuyer sur le bouton et effectuer les trois différentes mesures en moins de 90 secondes.
 
Entièrement rechargeable par connexion micro-USB, Withings BPM Core, dont la commercialisation doit démarrer au cours du second trimestre 2019, dispose d’une autonomie qui peut atteindre jusqu’à six mois, à raison d’une prise de mesure par jour, et ce avec une seule charge.

Sur le même sujet