L'embarqué > Distribution > Accord > Mouser distribue les modules radio Wi-Fi et Bluetooth LE ultrasobres du californien InnoPhase

Mouser distribue les modules radio Wi-Fi et Bluetooth LE ultrasobres du californien InnoPhase

Publié le 25 août 2020 à 08:55 par Pierrick Arlot        Accord Mouser

Mouser-InnoPhase

Mouser Electronics a signé un accord de distribution mondial avec le californien InnoPhase, une société de semi-conducteurs fabless spécialiste des solutions IoT sans fil à consommation extrêmement faible. Dans le cadre de cet accord, le distributeur propose les modules radio Talaria TWO d’InnoPhase de 21,6 x 19,1 mm (avec microcontrôleur intégré), qui se caractérisent par leur sobriété record, ainsi que les cartes de développement associées.

Selon les données de la firme américaine, la consommation en mode actif de ces modules est de 32 mA en réception (à 1 Mbit/s selon le standard Wi-Fi 802.11b) et de 187 mA en émission (à 1 Mbit/s pour une puissance de +18 dBm), le tout pour une tension d’alimentation de 3,3 V. En mode sommeil profond avec rétention de la mémoire, la consommation est comprise entre 11 et 19 µA.

Présentés comme les modules Wi-Fi les plus sobres du moment, les Talaria TWO INP1010 (avec antenne imprimée) et INP1011 (avec connecteur d’antenne U.FL) s’appuient en fait sur la puce-système maison à cœur Arm Cortex-M3 d’InnoPhase qui se distingue par son architecture radio numérique innovante dite « polaire ». C’est ce bloc radio à 2,4 GHz qui garantirait une consommation minimale tout en offrant une fonctionnalité SDR (Software Defined Radio) programmable.

Sous le nom de PolaRFusion, la jeune société créée en 2013 estime avoir développé une approche innovante dans la manière dont sont traités les signaux RF dans le sous-système radio. Le différentiateur clé est la façon dont la forme d’onde RF est codée et décodée avec des coordonnées polaires (amplitude et phase) plutôt qu’avec des coordonnées cartésiennes I/Q (lire pour plus de détails notre article ici). Un autre avantage clé de l'architecture numérique PolaRFusion est lié au fait que les protocoles ne sont plus implémentés dans le silicium comme dans les radios I/Q traditionnelles, mais en tant que « personnalités » logicielles, indique encore InnoPhase. Les ressources matérielles qui exécutent le protocole Wi-Fi peuvent ainsi changer dynamiquement de personnalité en chargeant un nouveau module protocolaire logiciel et devenir une radio Bluetooth Low Energy par exemple, puis revenir au Wi-Fi en quelques microsecondes en fonction des besoins de communication sans fil.

Dans la pratique, la puce-système multiprotocole Talaria TWO, que l’on trouve sur les modules INP1010 et INP 1011 d’InnoPhase, intègre donc le bloc radio PolaRFusion pouvant indifféremment émettre ou recevoir des signaux Wi-Fi 802.11b/g/n et BLE 5.0, ainsi qu’un cœur Arm Cortex-M3 cadencé à 80 MHz pour le contrôle système et les applications utilisateur, 512 Ko de SRam, 2 Mo de mémoire flash, ainsi que des éléments de sécurité évolués (PUF, moteurs de chiffrement, boot sécurisé) pour la protection des équipements.

Les modules peuvent fonctionner en mode autonome, en conjonction avec un microcontrôleur externe, ou en mode hybride où les responsabilités de contrôle et de traitement système sont partagées entre le module et un microcontrôleur externe. Les solutions d’InnoPhase ciblent plus particulièrement les objets et dispositifs alimentés sur pile ou batterie et directement connectés au cloud sur les marchés de la maison et du bâtiment intelligents comme les serrures de porte, les caméras de sécurité et autres capteurs connectés.

Sur le même sujet