L'embarqué > Logiciel > Plate-forme > L’OS temps réel embOS de Segger s’accommode désormais des cœurs de processeur 64 bits

L’OS temps réel embOS de Segger s’accommode désormais des cœurs de processeur 64 bits

Publié le 27 novembre 2020 à 12:25 par Pierrick Arlot        Plate-forme Segger

embOS 64 bits

A l’heure actuelle, la plupart des applications IoT et embarquées évoluées utilisent des processeurs 32 bits, mais à terme elles feront appel à des architectures 64 bits. Tel est du moins le constat du spécialiste des outils matériels et logiciels de débogage et de programmation de cibles embarquées Segger au vu des dernières générations de puces-systèmes SoC et de FPGA équipées de blocs périphériques avancés (tels que SuperSpeed ​​USB et Gigabit Ethernet). Des puces qui ont tendance à être commercialisées avec de puissants cœurs 64 bits alors que les interfaces haut débit évoluées ne sont généralement pas disponibles sur les processeurs 32 bits encore utilisés dans de nombreuses applications.

D’où la décision de Segger d’assurer la prise en charge des cœurs de processeur 64 bits par son système d’exploitation temps réel embOS. Selon l’éditeur allemand, les utilisateurs d’embOS peuvent désormais facilement migrer vers des systèmes 64 bits tout en continuant à utiliser le même logiciel applicatif que celui déployé sur leurs plates-formes 32 bits actuelles, et ce avec le même comportement déterministe temps réel et une vitesse de traitement encore plus élevée.

« Généralement nous rencontrons des entreprises qui passent au 64 bits non parce qu’elles le souhaitent mais parce qu’elles sont obligées de le faire si elles veulent bénéficier de puces à l’état de l’art, indique Til Stork, Product Manager embOS chez Segger. Avec embOS, la transition vers ces puces puissantes est facile. En même temps, le programme applicatif reste léger, démarre rapidement et reste entièrement sous le contrôle du programmeur. »

Selon la société d’outre-Rhin, dans de nombreux cas, la faible empreinte mémoire du RTOS embOS permet son utilisation sur des cœurs 64 bits avec seulement la RAM intégrée et la mémoire cache sur la puce, éliminant ainsi le besoin de RAM externe.

A noter que Segger propose désormais son outil logiciel SystemView sous une licence dite « Friendly » qui permet de le télécharger sans inscription sur le site de l’éditeur et de l’utiliser gratuitement à des fins éducatives et non commerciales. L’outil, qui permet d’analyser visuellement un programme embarqué (lire notre article ici), peut être évalué sans limite en termes de taille de code, de fonctionnalités et de durée sur toutes les plates-formes.

Sur le même sujet