L'embarqué > Marchés > Conjoncture > L’IRT SystemX s’intéresse à la sûreté de fonctionnement dans les domaines ferroviaire et aéronautique

L’IRT SystemX s’intéresse à la sûreté de fonctionnement dans les domaines ferroviaire et aéronautique

Publié le 12 juillet 2016 à 12:39 par François Gauthier        Conjoncture

IRT SystemX

Avec le programme de recherche industriel PST (Performances des systèmes de transport), l’Institut de recherche technologique (IRT) SystemX, dédié à l’ingénierie numérique des systèmes du futur, s’intéresse de près à la problématique de la sûreté de fonctionnement dans les transports ferroviaires et dans l’aéronautique, deux secteurs qui partagent une même culture avec des cycles de vie qui se déploient sur plusieurs dizaines d’années. L’objectif ici est d’améliorer les performances fonctionnelles et non fonctionnelles des systèmes de transport de demain via la mise en œuvre de maquettes numériques communes.

Plus précisément, le programme PST vise à identifier les synergies et les points de convergence possibles entre ces deux filières industrielles et à fournir des méthodologies d’ingénierie système et  d'ingénierie logicielle ainsi que des briques technologiques embarquées qui contribuent à l’amélioration des performances opérationnelles des systèmes de transport de demain.

« Dans le cadre de ce projet, l’objectif est de qualifier les composants du système en termes de performance - capacité d’exécution, temps de réponse, disponibilité et sûreté – et de les valoriser dans des maquettes numériques afin de pouvoir prédire au mieux les performances du système complet dès les phases de conception et d’architecture du système », explique Paul Labrogère, directeur du programme Transport autonome pour l'IRT SystemX.

Cette approche est liée à la mutation actuelle vers des systèmes plus connectés et plus distribués qui doivent intégrer des fonctionnalités de surveillance, de communication et d’optimisation tout en assurant une exécution performante et sûre des fonctions traditionnelles de contrôle/commande. Ce qui entraîne des problématiques d’intégration avec la nécessité de repenser les environnements de conception et de déploiement des logiciels applicatifs.

« L’intégration dans l’embarqué de nouvelles fonctions comme la cybersécurité, la collecte de données, l’apprentissage, la télémaintenance, l’optimisation d’énergie... est d’ores et déjà requise dans la plupart des appels d’offres d’aujourd’hui, commente Paul Labrogère. Ces nouveaux services appellent à une évolution majeure des plates-formes et des processus de conception, ce que nous faisons notamment à travers la la plate-forme technologique TREC (Temps réel embarqué critique) de SystemX, couplée à une expertise dans l’évaluation des performances et de sûreté de fonctionnement des transports. »

D’une durée de trois ans, avec 13 équivalents temps-plein, le projet PST réunira les industriels Alstom, Airbus, Apsys, Ansys, Esterel Technologies (filiale d’Ansys), SafeRiver, Safran et Smile (via les équipes d’Open Wide) ainsi que l’université de Paris-Sud.  

Sur le même sujet