L'embarqué > Normes & spécifications > Communication > "L’Internet des objets va pouvoir dire merci à Bluetooth !"

"L’Internet des objets va pouvoir dire merci à Bluetooth !"

Publié le 25 février 2014 à 12:29 par Pierrick Arlot        Communication Digi-Key

Mark Zack Digi-Key

La technologie de communication basse consommation Bluetooth dispose de tous les atouts pour constituer une brique incontournable de l’Internet des objets (IoT), surtout avec la récente version 4.1. Telle est l’opinion de Mark Zack, vice-président en charge des semi-conducteurs pour le distributeur Digi-Key, une société qui, sur Embedded World, met tout particulièrement l’accent sur son offre dédiée à l’IoT. 

Depuis quelques mois, les annonces d’objets connectés se succèdent à une vitesse effrénée. Quelle est votre explication à ce phénomène ?
MARK ZACK C’est vrai, le début 2014 a vu l'explosion de nouvelles technologies particulièrement intéressantes, notamment dans le domaine du sport et du bien-être. Du ballon qui enregistre tous les mouvements d'une partie de basket-ball à la raquette de tennis Bluetooth qui surveille votre revers afin de vous aider à l’améliorer, tous les types d'équipements deviennent soudainement, et peut-être parfois de façon surprenante, connectés. Ce phénomène est en grande partie lié à la dernière version de la technologie Bluetooth. Bluetooth Smart, connu auparavant sous le nom de Bluetooth Low Energy (ou BLE) permet aux fabricants de circuits intégrés de réduire la taille et la consommation des émetteurs-récepteurs sans fil de telle sorte qu’ils puissent être intégrés dans de nombreuses applications.
Ces composants peuvent afficher une autonomie d’un an ou plus en étant alimentés par une simple pile bouton. Ils ont permis le développement d’une large gamme de modules qui peuvent aujourd’hui être aisément ajoutés à un dispositif précédemment passif sans que celui-ci ait besoin de passer par un processus de qualification.
Toutefois, l’élément clé de l’affaire réside à l'autre extrémité de la connexion Bluetooth : c’est le smartphone. Maintenant qu'il existe un terminal et des logiciels de contrôle/commande prêts à l'emploi, disponibles pour tous par le biais de l'App Store ou de Google Play, l'innovation matérielle peut évoluer en parallèle avec le logiciel pour offrir des applications inédites et étonnantes. Mais tout ceci n’est que la partie émergée de l'iceberg. Certes, les applications de bien-être et d’électronique embarquée sur soi mettent en avant tout un éventail de nouvelles possibilités qu’offre la spécification Bluetooth 4.0. Mais, avec la prochaine itération de Bluetooth Smart, la version 4.1, l’avenir nous promet des expériences encore plus stimulantes !
 
Qu’apporte cette version 4.1 que le Bluetooth SIG a officiellement publiée en décembre 2013 ?
MARK ZACK Cette version ajoute des mécanismes qui permettent à un smartphone donné de se connecter en Bluetooth non plus seulement à un objet en particulier, mais à un réseau de dispositifs. Cette fonctionnalité ouvre aux équipements du quotidien traditionnellement passifs une voie vers l’Internet des objets. C’est vrai que l'Internet des objets revêt des significations différentes selon les personnes. Il n’empêche que le passage du World Wide Web au "Web World Wide" constitue une opportunité extraordinaire pour des milliards de dispositifs (peut-être 30 milliards, voire 50 milliards) pouvant s’interconnecter. Le principal n’est d’ailleurs pas qu’ils soient seulement connectés ensemble, mais qu’ils soient connectés à votre téléphone mobile !
En fait, en coulisse, le Bluetooth SIG a évolué vers une spécification basse consommation, simple d’utilisation et peu onéreuse pour réseaux d’objets qui peut être utilisée pratiquement partout. Cette spécification est destinée à gérer la connectivité de tout type de dispositif, que ce soit à la maison, au bureau et dans les usines. Imaginez une brosse à dents électrique connectée à un smartphone. Vous pourrez savoir si vos enfants se sont brossé les dents ce matin ou s'il faut changer la brosse, et vous pourrez même télécharger la toute dernière technique de brossage ! Connecter et contrôler via Bluetooth un téléviseur, une chaîne stéréo, un four, un réfrigérateur, la climatisation, un système de sécurité ou tout appareil électroménager vont devenir un jeu d'enfant. Les opportunités sont infinies...
 
Quelles sont les autres caractéristiques notables de la version Bluetooth 4.1 qui en font un levier de l’Internet des objets ?
MARK ZACK Grâce à Bluetooth Smart 4.1, les appareils et dispositifs électroniques pourront prendre en charge plusieurs rôles simultanément, ce qui permet à un produit Bluetooth Smart Ready, comme une montre connectée par exemple, d'agir en tant que concentrateur et périphérique en même temps. La coexistence avec d'autres technologies sans fil, notamment le Wi-Fi qui exploite aussi la même bande des 2,4 GHz, a été améliorée, et des canaux dédiés ont été ajoutés pour les applications de l'Internet des objets. L’architecture L2CAP (Logical Link Control and Adaptation Architecture) est désormais apte à prendre en charge le multiplexage, le réassemblage et la segmentation de paquets pour des protocoles de plus haut niveau, tout en supportant des informations de qualité de service pour des paquets de 64 Ko. L'architecture repose sur le concept de voies logiques où chaque point d'extrémité est doté d'un identifiant de voie (CID). L’affectation de CID est propre à un dispositif spécifique, et chaque dispositif peut affecter des CID indépendamment des autres, ce qui simplifie l'ajout de dispositifs à un réseau.
Les modules Bluetooth de sociétés comme Laird Wireless, connectBlue ou Bluegiga prennent déjà tous en charge l’actuelle version 4.0 de la spécification. La capacité à intégrer ces modules dans des produits existants, des ballons de basket-ball aux appareils de fitness, offre aux marchés de l’industriel et du grand public des opportunités d'évolution rapide. C’est vrai qu’il existe de nombreuses technologies sans fil en lice pour supporter l'Internet des objets, et elles ont toutes leur place. Mais Bluetooth bénéficie d'un atout indéniable du fait que cette technologie est présente dans tous les smartphones commercialisés. Sa basse consommation, qui a déjà séduit le marché des dispositifs de bien-être et d’électronique portée sur soi, est également un point fort. Le ballon de basket-ball compatible Bluetooth n'est qu'un début. Vous allez être surpris par le type de connectivité que nous pouvons apporter dans chaque recoin de la maison !

Sur le même sujet