L'embarqué > Matériel & systèmes > Start-up > LinkIO veut simplifier “radicalement” la domotique

LinkIO veut simplifier “radicalement” la domotique

Publié le 10 avril 2015 à 11:15 par François Gauthier        Start-up

LinkIO

Simplicité, facilité d’utilisation, prix d’achat peu élevé : tel est le triptyque dont la jeune société grenobloise LinkIO s’est inspirée pour développer une solution de gestion à distance des appareils de la maison branchés sur le réseau électrique. Elle s’est appuyée sur des briques technologiques matérielles et logicielles ouvertes pour y parvenir.

Partant du constat qu’une opération aussi simple que de vouloir éteindre un appareil resté allumé alors qu'on a quitté son domicile réclamait l’acquisition d’une solution domotique chère et complexe à mettre en œuvre, une équipe de trois ingénieurs de la région grenobloise, Thibault Honegger, Kevin Berton et Francois Marty (en haut sur la photo ci-dessous), a décidé de se lancer dans l’aventure en créant la société LinkIO. Objectif : rendre accessible à tous des fonctions simples de contrôle et de suivi à distance des équipements de la maison branchés sur le réseau électrique. La start-up a démarré ses opérations par un financement participatif sur Kickstarter fin 2014. Le concept a rassemblé plus de 500 acheteurs issus de 25 pays, pour un montant total levé de 65 000 euros.

L'équipe de LinkIO au grand complet

Pour convaincre ces primo-utilisateurs, LinkIO, présent sur le salon lyonnais SIdO (6-7 avril 2015), propose une solution qui s’appuie sur une passerelle ouverte (on peut l’appeler hub ou box) à laquelle est associé tout un écosystème d’objets simples qui se connectent sur le réseau résidentiel sans fil : prises encastrables, interrupteurs, sur-prises (à insérer sur des prises électriques existantes), etc. L’originalité de la solution tient au fait que la firme grenobloise a choisi comme moyen de communication entre ces prises connectées et la box une liaison radio dans la bande des 2,4 GHz (bande ISM d'usage libre) avec un protocole propriétaire.

« Cette couche protocolaire, avec une surcouche dédiée à la sécurité des données qui est basée sur un cryptage de type AES-128, nous permet de gérer un nombre élevé de modules dans une maison (jusqu’à plusieurs centaines), voire dans un bâtiment entier ou dans une unité de production industrielle, commente David Knossow, le COO de LinkIO. L'appairage entre les prises et le hub se fait de manière très simple via une pression de quelques secondes sur chaque prise. Avec à la clé une portée hub-module d’environ 20 mètres. »

La panoplie des objets LinkIO

 

Contrairement à d’autres solutions existantes basées sur des technologies sans fil comme ZigBee ou Z-Wave qui exigent le paiement d’une licence, le choix d'un protocole propriétaire permet à LinkIO de proposer ses solutions à des prix inférieurs de plus de 30% à ce qui existe aujourd’hui sur le marché. Soit moins de 100 euros pour la box (avec un prix annoncé aux alentours de 70 euros) et 25 euros pour chaque objet (là aussi, il s’agit pour l’instant d’un prix indicatif). Concrètement, le Français utilise actuellement dans ses prototypes de prises un circuit Nordic Semiconductor pour la gestion de la liaison RF, un capteur de mesure de courant à effet Hall (utilisé notamment pour la fonction de mesure de la consommation) et un processeur STM32 de STMicroelectronics. Dans sa version prototype actuelle, le hub, quant à lui, met à profit un module intégré de gestion de la communication à 2,4 GHz et offre la possibilité de communiquer via un lien Wi-Fi ou Ethernet avec une passerelle Internet classique pour interagir avec la solution de l’extérieur. Cette box domotique intègre aussi un port USB natif pour la connexion éventuelle de disques durs externes, de clés USB, de caméras, etc. Quant aux données recueillies, elles sont stockées en local, et non dans le cloud, ce qui renforce la confiance des utilisateurs dans la solution, selon les fondateurs de LinkIO.

Le choix d'un Linux embarqué

« Cette plate-forme ouverte est architecturée autour d’un Linux embarqué et permet à certains utilisateurs d'y intégrer leurs propres protocoles de communication, précise David Knossow. Ce hub peut aussi supporter des protocoles de communication RF répandus pour interagir avec des modules existants, basés sur des technologies comme Z-Wave ou ZigBee. » Pour une utilisation en interne de la solution dans la maison, LinkIO propose aussi un boîtier de contrôle/commande par infrarouge relié en RF au hub. Ce boîtier possède aussi un émetteur infrarouge, ce qui devrait permettre à terme de remplacer des télécommandes existantes. D’ailleurs, à ce sujet, la jeune pousse envisage de créer des bibliothèques de commande IR qui seraient téléchargées directement dans sa passerelle. 

Pour satisfaire les besoins des applications industrielles et des intégrateurs, LinkIO a aussi pris la décision de proposer un kit de développement, le DevKit (photo ci-contre), constitué d’une plate-forme matérielle et d’un SDK (Software Development Kit) qui autorise la programmation et l’adaptation de la passerelle à des besoins spécifiques via la bibliothèque logicielle linkio.h pour Arduino de la société. Enfin, lors de l’installation, le téléchargement de l’application ad hoc sur un smartphone permet de commander, via une interface très simple, les prises appariées à la box, et donc de contrôler à distance les appareils électriques connectés aux prises de LinkIO après une installation de quelques minutes seulement.

Des ambitions élevées

LinkIO s'est lancé dans l’industrialisation en volume de sa solution (vraisemblablement en France) pour une commercialisation dès la fin de l’année 2015 via un site en ligne pour l'Hexagone, ou via des distributeurs dédiés en Europe et ailleurs. Pour financer cette opération, la start-up est en cours de levée de fonds, à hauteur de 300 000 euros.

Et les ambitions de la société sont élevées, avec des prévisions de ventes de plus de 5 000 hubs (avec l'écosystème de prises associé) lors de la première année et de 10 à 20 000 hubs l'année suivante. Au-delà de ces objectifs chiffrés, l’entreprise compte lancer dans les mois qui viennent d’autres types de capteurs, liés notamment à la surveillance de la maison (température, humidité, détecteur de fumée…) ainsi qu’au suivi de la consommation électrique.

Sur le même sujet