L'embarqué > Normes & spécifications > Communication > L’exploitation ferroviaire se prépare aux communications 5G

L’exploitation ferroviaire se prépare aux communications 5G

Publié le 02 décembre 2019 à 09:39 par Pierrick Arlot        Communication

FRMCS

La SNCF va créer avec l’équipementier télécoms Nokia un laboratoire commun afin de préparer la transition des technologies de communication utilisées aujourd’hui pour la signalisation ferroviaire et reposant sur le standard GSM-R vers le système de type 5G FRMCS (Future Railway Mobile Communication System).

Pour garantir l’interopérabilité et la sécurité des trains circulant aussi à l’étranger, des standards de communication et de signalisation ferroviaires ont en effet été adoptés par plusieurs pays en Europe et dans le monde. Dans ce cadre, le GSM-R, variante du GSM conçue pour le rail dont les spécifications ont été publiées en 2000, vise à assurer la liaison vocale entre les conducteurs et les centres de régulation, ainsi que la transmission d’informations de signalisation ferroviaire entre le sol et le train. Mais aujourd’hui, ce standard de type 2G ne suffit plus.

Selon la SNCF, l’évolution de l’exploitation ferroviaire, avec de nouveaux besoins d’automatismes, de téléconduite ou de télémaintenance des trains, nécessite des systèmes de télécommunication plus performants en réactivité, en disponibilité, en capacité et en débit.  Pour répondre à ces besoins, l’Union internationale des chemins de fer (UIC), en coopération avec les différents acteurs du secteur, prépare et conçoit le futur système de communications mobiles ferroviaires, le FRMCS, appelé à se substituer au GSM-R dans quelques années. Selon l’ANFR (Agence nationale des fréquences), le GSM-R devrait en effet être retiré du service aux alentours de 2030, date à partir de laquelle les industriels ont annoncé ne plus assurer la maintenance des équipements compte tenu de l’obsolescence des technologies 2G.

Le FRMCS, qui s’appuiera sur la 5G, considérée comme apte à répondre aux besoins attendus à l’horizon 2025, devrait donc constituer le réseau commun à toutes les transmissions radio ferroviaires. C’est dans ce contexte que la SNCF et Nokia ont lancé une collaboration qui vise à évaluer les applications FRMCS en laboratoire et sur le terrain, l’idée étant à la fois de faciliter l’adoption de la 5G par le groupe ferroviaire français et de préparer la transition du GSM-R vers le FRMCS.

« L’expertise de Nokia en 5G nous sera utile pour contribuer au lancement des premiers pilotes FRMCS en France », indique Carole Desnost, directrice Innovation & Recherche à la SNCF. Pour Nokia, qui dispose déjà d’une forte expertsie dans le domaine des télécommunications ferroviaires, la collaboration avec la SNCF met en évidence tout le potentiel de la 5G pour traiter les cas d'usage industriels, là où les technologies actuelles atteignent leurs limites. 

21 juin 2016

 "1, 2, 3... 5G ! La course mondiale à la norme 5G passe par les tests"

> Lien

Sur le même sujet