L'embarqué > Normes & spécifications > Communication > L’Ethernet à 200 Gbit/s et 400 Gbit/s a sa norme IEEE

L’Ethernet à 200 Gbit/s et 400 Gbit/s a sa norme IEEE

Publié le 12 janvier 2018 à 10:40 par Pierrick Arlot        Communication

L’Ethernet à 200 Gbit/s et 400 Gbit/s a sa norme IEEE

Sur le plan des seuls débits bruts, l’Ethernet est loin d’avoir dit son dernier mot. Selon un rapport remis par un comité chargé d’évaluer pour les années à venir les besoins en bande passante des utilisateurs de réseaux Ethernet, le trafic Ethernet pourrait progresser en moyenne de 58% par an ! Et, au-delà de 2020, on évoque déjà des paliers à 800 Gbit/s, 1 Tbit/s, 1,6 Tbit/s, 6,4 Tbit/s voire 10 Tbit/s !

En attendant, l’alliance Ethernet, un consortium industriel focalisé sur la promotion des technologies Ethernet, vient de saluer l’approbation officielle de la norme IEEE 802.3bs-2017, dont les travaux de spécification avaient démarré début 2014. Celle-ci définit les mécanismes MAC (Media Access Control), les spécifications de couches physiques et les paramètres d’administration nécessaires au transfert de trames au format Ethernet à 200 Gbit/s et 400 Gbit/s sur fibre optique.

Les portées promises à 400 Gbit/s sont de l’ordre de 100 mètres minimum sur 16 fibres multimodes en parallèle dans chaque direction (400GBase-SR16, 16 x 25 Gbit/s), de 500 mètres sur 4 fibres monomodes en parallèle dans chaque direction  (400GBase-DR4, 4 x 100 Gbit/s) et de 2 kilomètres et 10 kilomètres sur une fibre monomode en mode duplex et avec un multiplexage en longueur d’onde WDM (400GBase-FR8 et 400GBase-LR8, 8 x 50 Gbit/s). Trois variantes sont également définies à 200 Gbit/s mais uniquement sur fibre(s) monomode(s) pour des portées maximales de 500 m (200GBase-DR4, 4 x 50 Mbit/s), 2 km (200GBase-FR4, 4 x 50 Mbit/s) et 10 km (200GBase-LR4, 4 x 50 Mbit/s). Toutes les spécifications mettent en œuvre la modulation PAM-4, à l’exception de la déclinaison 400GBase-SR16 qui s’appuie sur la traditionnelle modulation NRZ.

« La norme IEEE 802.3bs représente une étape de mutation dans l’évolution vers la prochaine génération de réseaux, indique John D’Ambrosia, président de l’Ethernet Alliance. La disponibilité des échelons 200G et 400G arrive pile au moment où se fait sentir un véritable besoin en matière de connectivité fiable à très haut débit sur des marchés divers et variés. » Sont nommément cités les centres de données de niveau cloud, les centraux Internet, les solutions de colocalisation, les réseaux d’opérateur et les applications très gourmandes en bande passante. L’Ethernet Alliance avait réalisé une première démonstration d’Ethernet à 400 Gbit/s en mars 2017 à l’occasion du salon OFC.  

Sur le même sujet