L'embarqué > Normes & spécifications > Communication > Le véhicule autonome guidé par les satellites Galileo devient réalité

Le véhicule autonome guidé par les satellites Galileo devient réalité

Publié le 02 décembre 2019 à 13:05 par François Gauthier        Communication

Galileo voiture autonome

L'université de technologie de Compiègne a organisé le 27 novembre dernier une démonstration du premier véhicule autonome guidé par le système de satellites Galileo. Dans le cadre de cette expérience grandeur nature, une voiture électrique Renault ZOE a été conduite de manière autonome sur des pistes et des voies publiques grâce à un moteur de positionnement innovant développé dans le cadre du projet de recherche européen Escape. Cette technologie exploite les signaux et les services Galileo pour fournir la composante essentielle du positionnement pour les véhicules autonomes.

Doté d’une enveloppe de 5,4 millions d’euros, le projet Escape (European Safety Critical Applications Positioning Engine), dont l’objectif est d’exploiter les services Galileo pour la conduite automobile autonome, a été mené par la société espagnole Ficosa, avec son compatriote GMV, le groupe Renault, l'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux (Ifsttar), STMicroelectronics et l’Istituto Superiore Mario Boella (Italie).

Les partenaires ont ainsi développé un “moteur de positionnement” spécifiquement destiné aux applications automobiles critiques en matière de sûreté de fonctionnement. Lors de cette démonstration, à laquelle ont participé des représentants de la GSA (European GNSS Agency), de la Commission européenne, des autorités nationales françaises et espagnoles et de l'industrie automobile, les voitures équipées du moteur EGE (Escape GNSS Engine), en partie fondé sur le récepteur TeseoAPP (Asil Precise Positioning) de STMicroelectronics, ont réalisé un trajet sans conducteur sur le circuit de l’université de technologie de Compiègne (UTC) et sur une voie publique à Compiègne.

« Le GNSS est une technologie clé permettant une conduite entièrement connectée et automatisée, a précisé à cette occasion Carlo des Dorides, directeur exécutif de la GSA. La démonstration du moteur Escape GNSS, qui exploite des capacités multifréquences et multiconstellations, est un aperçu de ce à quoi ressemblera la conduite dans un avenir proche, de plus en plus près d’une automatisation complète. »

« Les informations disponibles dans la constellation GNSS de Galileo devraient contribuer au déploiement de véhicules dotés de capacités de conduite autonome et à l’amélioration de nos systèmes d’aide à la conduite dépendants de la localisation (ADAS), ajoute Patrick Bastard, directeur de la recherche du groupe Renault. Les résultats du projet Escape sur l'intégrité associée à la localisation estimée du véhicule sont très importants car ils facilitent le déploiement de toute application automobile critique pour la sécurité. »

Le prototype EGE intègre parmi ses composants un nouveau récepteur GNSS de qualité automobile multifréquence et multiconstellation, doté de la capacité à traiter avec précision et simultanément des signaux provenant de deux bandes GNSS différentes et de différentes constellations de satellites. Bien que cette capacité soit courante dans les récepteurs professionnels haut de gamme, elle reste encore rare dans l’automobile dotée d'un degré d'autonomie de niveau 2. Le récepteur de STMicroelectronics est également un dispositif unique en son genre, capable de prendre en charge le nouveau service d'authentification de message de navigation (NMA) de Galileo, le signal E1 ouvert. Enfin, ce récepteur intègre plusieurs améliorations en matière de traitement du signal : meilleure sensibilité, atténuation des trajets multiples, ajout de plusieurs canaux de fréquence intermédiaire (IF), détection et atténuation du brouillage, etc.

21 juin 2016

 "1, 2, 3... 5G ! La course mondiale à la norme 5G passe par les tests"

> Lien

Sur le même sujet