L'embarqué > Logiciel > Middleware > Le toulousain ISIT propose une pile de protocole CANopen certifiable jusqu’au niveau SIL3

Le toulousain ISIT propose une pile de protocole CANopen certifiable jusqu’au niveau SIL3

Publié le 14 novembre 2017 à 12:57 par François Gauthier        Middleware

ISIT CAN Open

Le distributeur à valeur ajoutée implanté à Toulouse ISIT lance une pile de protocole CANopen dans laquelle une couche logicielle ad hoc, développée par la société, facilite la certification d’un produit exploitant ce protocole, et ce jusqu’au niveau SIL 3. Une première sur le marché selon ISIT. La pile logicielle CANopen Safety Certifiable, référencée ISIT_COSAFE_LC, permet ainsi d’utiliser les avantages du CANopen tout en bénéficiant des éléments nécessaires pour la certification du produit final auprès d’un organisme agréé. Et ce via la fourniture d’un ensemble documentaire, de plans de tests unitaires et d’intégration et de rapports de tests.

Cette pile est censée amener un gain de temps important sur l’ensemble d’un projet, une assurance concernant la certification de la couche protocolaire, et donc une économie sensible. Livrée sous forme de code source C, indépendante de la plate-forme matérielle sous-jacente, la pile ISIT_COSAFE_LC peut aussi fonctionner sans système d’exploitation (NullOS).

L’ajout de cette couche logicielle liée aux problématiques de certification du protocole CANopen s’inscrit dans une tendance générale qui voit le bus CAN, initié par Bosch en 1991 et normalisé en 1993 (ISO 11898), déborder largement du cadre de l’automobile, pour aller sur les secteurs du contrôle de réseaux temps réel industriels. Au-delà, la couche d’application CANopen qui fournit des mécanismes flexibles pour la configuration, le diagnostic et la supervision réseau, avec la définition de profils, rend possible la conception de produits interopérables.

De ce fait, un nombre croissant de concepteurs d’applications à fortes contraintes de sûreté de fonctionnent souhaitent mettre en oeuvre le protocole CANopen, mais doivent dans ce cas répondre à des normes et passer par les fourches Caudines de la certification de la part d’un organisme indépendant. En l’absence de produits sur étagère, les développeurs doivent alors définir leur propre sous-ensemble du protocole, en assurer le codage puis la certification, processus qui engendre des coûts significatifs, génère des délais importants (développement, test, certification…) et nécessite une forte expertise. D’où l’intérêt apporté par la pile certifiable d’ISIT.

Rappelons qu'ISIT est membre du consortium CiA (CAN in Automation) et possède plus de 15 ans d’expérience dans la maitrise des protocoles CAN et CANopen. La société collabore régulièrement avec d’autres entreprises impliquées dans le domaine industriel, comme la société Ixxat (qui appartient au groupe HMS).

Sur le même sujet