L'embarqué > Marchés > Manifestation > Le réseau NAE planche sur le refroidissement des systèmes d’antennes pour la 5G et l’Internet à bord des avions

Le réseau NAE planche sur le refroidissement des systèmes d’antennes pour la 5G et l’Internet à bord des avions

Publié le 21 septembre 2020 à 12:19 par François Gauthier        Manifestation

NAE Projet DiThAA

Mené par l’association NAE (Normandie AeroEspace), qui fédère les acteurs industriels et de la recherche en aéronautique de la région Normandie (*), le projet DiThAA (Dissipation Thermique pour les Antennes Actives) vise à étudier de nouvelles solutions de refroidissement adaptées aux systèmes de communication 5G et à l’Internet à bord des avions, et ce via la miniaturisation des antennes actives.

Selon les promoteurs du projet, la technologie d'antennes actives est difficile à maîtriser car elle présente une problématique de dissipation thermique du fait d’une miniaturisation de l’antenne elle-même et d’une augmentation de la puissance émise associée. Il est donc indispensable de s’assurer de la fiabilité d’un tel système.

Le projet d’étude DiThAA, qui doit s’achever en juin 2022, est coordonné par la NAE et porté par les sociétés Areelis, l’école d’ingénieurs Esigelec au travers de son laboratoire de recherche, l’Irseem, l’Insa de Rouen Normandie avec le laboratoire LMN, ainsi que les sociétés NXP et Safran, avec le soutien de la région Normandie. Deux pistes de solutions de refroidissement innovantes vont être explorées.

L’une porte sur les antennes actives pour la communication 5G avec NXP, avec pour objectif de diminuer le volume d’intégration de la solution de 75% tout en gardant les mêmes performances de la liaison radio. La seconde porte sur les antennes actives plates conçues pour l’Internet à bord d’un avion civil (In Flight Connectivity). L’objectif ici est de minimiser l’épaisseur du dispositif de refroidissement ainsi que la surface d’échange tout en gardant les mêmes performances.

Pour y parvenir, deux types de technologies ont été identifiées comme pertinentes suite à l’étude “Dissipation Thermique” menée antérieurement par la NAE (**) ; elles feront l’objet de preuves de concept. La première, qui repose sur le changement de phase, sera développée âr Areelis Technologies et l’Insa de Rouen Normandie. La seconde s'appuie sur la thermoélectricité et a été confiée au laboratoire de recherche Irseem de l’Esigelec. Ces preuves de concept donneront lieu à des systèmes livrables qui permettront aux acteurs industriels de travailler sur la qualification et la certification de tels systèmes. Le projet DiThAA s’inscrit dans la feuille de route “Fiabilité des Systèmes et des Composants” coordonnée par le NAE et prolonge la dynamique de projets précédents tels qu'Audace, First MFP, Siemstack et Crios.

(*) Présidée par Philippe Eudeline, l’association NAE est aujourd’hui constituée de 160 membres (grands groupes industriels, aéroports, base militaire, PME / ETI, start-up, laboratoires de recherche et établissements d’enseignement supérieur) qui représentent plus de 21 500 salariés pour 3,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018 en Normandie.

(**) https://www.nae.fr/wp-content/uploads/2018/04/Etude_DissipationThermique.pdf

Sur le même sujet