L'embarqué > Matériel & systèmes > Objet de la semaine > Le premier satellite français bâti par des étudiants est dans l’espace

Le premier satellite français bâti par des étudiants est dans l’espace

Publié le 19 mai 2017 à 08:16 par Pierrick Arlot        Objet de la semaine

Nanosatellite X-CubeSat

Le 17 mai 2017 a été mis en orbite X-CubeSat, le nanosatellite bâti par AstronautiX, le centre spatial étudiant de l'École polytechnique. Lancé à partir de l’ISS, il avait rejoint la Station spatiale internationale le 22 avril dernier à bord du vaisseau de ravitaillement Cygnus, après six ans de développement. Entre les promotions X2010 et X2015, ce sont en effet pas moins de cinquante-sept élèves polytechniciens, huit ingénieurs-chercheurs et deux stagiaires qui se sont succédé pour concrétiser ce projet.

Au sein d'une constellation de 36 nanosatellites construits par différentes universités dans 23 pays, X-CubeSat, placé avec plusieurs de ses congénères sur la même orbite que l’ISS à 415 km d'altitude, a la mission d’analyser le taux d'oxygène atomique de la thermosphère, une des couches atmosphériques les moins étudiées. Les données recueillies permettront d'améliorer les modèles de l'atmosphère terrestre ainsi que les prédictions de rentrées atmosphériques des satellites.

Plus globalement, le nanosatellite X-CubeSat fait partie du projet QB50 piloté par l’institut de recherche belge IVK (Institut Van Karman), spécialisé dans la dynamique des fluides, et financé par l'Union européenne. L’objectif du projet, qui se concrétise donc en cette année 2017, était de placer en orbite une constellation de nanosatellites CubeSat de taille réduite (10 x 10 x 10 cm pour 1 kg dans la version « simple ») dont les capacités, dès lors qu’ils sont équipés de capteurs identiques, peuvent être combinées.

Dans le détail, la majeure partie des CubeSat emportent un spectromètre de masse pour la mesure de la densité des ions neutres et de leurs principaux constituants, ou une sonde de Langmuir pour la mesure de la densité des électrons, ou un capteur de mesure de l’oxygène (ce qui est le cas du X-CubeSat qui est un « double » CubeSat). « C'est la toute première étude internationale de la thermosphère coordonnée en temps réel, souligne Davide Masutti, responsable de la mission. Les données générées par la constellation seront uniques à bien des égards et seront utilisées pendant de nombreuses années par des scientifiques du monde entier. »

Au niveau national, la réalisation de X-Cube-Sat s'inscrit dans le cadre du programme de financement Janus du Cnes (Centre national des études spatiales). Son objectif est de promouvoir le spatial auprès des étudiants en leur permettant de développer et d'envoyer dans l'espace leur propre satellite équipé d'instruments scientifiques. Janus assure aussi la promotion d'enseignements scientifiques avec une dimension expérimentale forte dans les différents domaines du spatial.

Sur le même sujet