L'embarqué > Matériel & systèmes > Sous-système > Le consortium Peggasus veut harmoniser les relations entre pilotes et interfaces homme-machine dans un cockpit

Le consortium Peggasus veut harmoniser les relations entre pilotes et interfaces homme-machine dans un cockpit

Publié le 29 avril 2019 à 12:43 par François Gauthier        Sous-système

CSEM Peggasus

Sous la direction du CSEM (Centre suisse de recherche et développement dans les micro et nanotechnologies), le consortium Peggasus (Pilot Eye Gaze and Gesture tracking for Avionics System using Unobstrusive Solutions) s’est donné pour objectif de créer de nouveaux types d'interfaces homme-machine (IHM) dans l'avionique, au niveau du poste de pilotage. Il s’agit ici de surmonter l’explosion du nombre d'afficheurs, de boutons et autres instruments de vol dans le cockpit, initialement mis au point pour aider à réduire la charge de travail des pilotes, mais qui, paradoxalement, face à un événement atypique, empêchent les pilotes d’être sereins face aux énormes quantités d'informations qu’ils ont alors à gérer.

Peggasus est donc un projet qui vise à améliorer et à optimiser la relation entre l'équipage de conduite et les commandes de l'avion. Financé par l’Europe (à travers l’initiative Clean Sky 2), ce projet va intégrer des technologies d'intelligence artificielle (IA) et de vision artificielle, avec, pour la première fois, un système de suivi à distance du regard des pilotes et de reconnaissance de leurs gestes. L’idée sous-jacente étant de renforcer les interactions homme-machine dans les opérations de vol complexes via la surveillance des pilotes dans les cockpits.

En d’autres termes, il s’agit de travailler à la compréhension des actions et du comportement des membres d'équipage, en allant vers une interactivité multimodale dans le poste de pilotage.

« Nous devons reconnaître que des contraintes telles que la confusion ou la somnolence ont une incidence sur l’attention, la charge mentale et la prise de décision au niveau du poste de pilotage, explique Andrea Dunbar, responsable des systèmes de vision intégrée au CSEM. La nouvelle interface homme-machine que nous développons finira par installer une interaction plus intuitive et plus naturelle entre les pilotes et l’avion, de telle sorte qu’ils puissent prendre des décisions rapides et informées dans toutes les situations, même en cas de stress. »

Pour mettre en musique cette approche, le CSEM avec ses partenaires – Thales AVS, Swiss International Air Lines, le laboratoire de recherche ETH Zurich et Serma Ingénierie – vont développer de nouvelles techniques reposant sur le regard et permettant de surveiller les états cognitifs des pilotes et leur connaissance d’une situation donnée.

« Les systèmes de vision et les algorithmes d'apprentissage automatique que CSEM développera doivent prendre en compte les pilotes dans le cockpit, explique Andrea Dunban. La technologie sera développée pour rester précise et robuste tout au long du vol, en tenant compte de facteurs environnementaux spécifiques à l'aviation tels que les conditions d'éclairage et les vibrations. »

Partenaire du consortium, le français Serma Ingénierie sera chargé d'intégrer les résultats du programme Peggasus dans un prototype de cockpit à des fins de test.

Sur le même sujet