L'embarqué > Normes & spécifications > Audio/vidéo > Le codec vidéo JPEG XS, dont la finalisation est imminente, trouve sa première implantation matérielle

Le codec vidéo JPEG XS, dont la finalisation est imminente, trouve sa première implantation matérielle

Publié le 25 septembre 2018 à 10:16 par Pierrick Arlot        Audio/vidéo intoPIX

intoPIX Tico-XS

Spécialiste reconnu de la technologie JPEG 2000 et créateur du format de compression vidéo visuellement sans pertes Tico (standardisé sous le label SMPTE RDD35), la firme belge intoPIX a présenté lors d’IBC 2018 la première implantation matérielle du codec Tico-XS, référencé comme conforme à la future norme JPEG XS. En cours de finalisation par le groupe d’experts JPEG de l'ISO/CEI, JPEG XS – qui se veut à la fois peu gourmand en ressources et à faible latence – a vocation à compresser « légèrement » (d’un facteur deux à six) les flux vidéo jusqu’à la résolution 8K avec une qualité visuellement sans pertes.

La nouvelle norme vise avant tout les marchés où jusqu’à aujourd’hui il est de bon ton de transmettre des séquences d’images sous une forme non compressée sur des liaisons vidéo professionnelles (avec du câblage coaxial 3G/6G/12G-SDI), des infrastructures de transport IP ou du câblage Ethernet (IEEE/AVB). De fait, avec des flux vidéo dont la résolution (4K puis 8K) et la gamme dynamique (HDR et ses évolutions) n’en finissent plus d’augmenter, ces infrastructures montrent leurs limites et imposent donc l’usage d’un codec léger et visuellement sans pertes au regard des applications professionnelles visées : workflows IP dans les environnements studio, réseaux vidéo locaux (éventuellement embarqués dans des drones ou des automobiles), réalité virtuelle et/ou augmentée... Là où des données vidéo à haute voire très haute résolution doivent être transférées sur de l’Ethernet standard ou d’autres types de connexions filaires.

La société intoPIX estime avoir joué lors des cinq dernières années un rôle prépondérant dans le développement de pratiquement toutes les technologies associées aux algorithmes de compression vidéo à faible latence et peu gourmand en ressources, et notamment JPEG XS (qui repose en fait sur Tico RDD35, précise la firme belge). L’implémentation du codec Tico-XS (et son exécution intégrale) sur un FPGA se veut donc une démonstration de l’avance d’intoPIX en la matière.

Codec conçu pour tirer profit de la transition des workflows de production TV vers la couche de transmission sur IP SMPTE 2210 (et son volet SMPTE 2210-22 pour la vidéo compressée sur IP), Tico-XS affiche une latence de l’ordre de la microseconde et des taux de compression variant entre 125 Mbit/s et 400 Mbit/s pour la HD et entre 500 Mbit/s et 1,6 Gbit/s pour la 4K, précise intoPIX. Les visiteurs du salon IBC pouvaient apprécier la qualité du codec sur le stand de la société belge qui présentait côte à côte, sur un écran divisé en deux, des images 4K30p non compressées et les mêmes images codées selon le format Tico-XS.

Sur le même sujet