L'embarqué > Matériel & systèmes > Sous-système > Le CEA-Leti pilote un projet européen sur les systèmes portés sur soi de détection d’obstacles

Le CEA-Leti pilote un projet européen sur les systèmes portés sur soi de détection d’obstacles

Publié le 15 février 2017 à 12:21 par François Gauthier        Sous-système

Le CEA-Leti pilote un projet européen sur les systèmes portés sur soi de détection d’obstacles

A travers le savoir-faire de neuf organismes de recherche et sociétés du vieux continent, le projet Inspex a pour objet de développer une technologie de détection d’obstacles portée sur soi. L’originalité de l’approche est de décliner des systèmes mis en œuvre dans le monde automobile, en particulier pour les futurs véhicules autonomes, dans des équipements personnels d’exploration spatiale dans n’importe quel environnement (brouillard, fumée, neige, pluie, obscurité, site illuminé…) en intérieur ou en extérieur. Objectif : mettre au point des dispositifs très légers d’aide au déplacement dans des univers très difficiles (un incendie, une tempête de neige par exemple) utilisables par des humains mais aussi des drones légers, des robots ou des systèmes d’assistance quotidienne pour personnes atteintes de cécité totale ou partielle.

Pour ce faire, les partenaires du projet vont étudier la miniaturisation et l’adaptation, notamment au niveau de la consommation électrique, de technologies comme le lidar, les radars UWB (Ultra Wide Band) et/ou les systèmes de détection à ultrasons. L’idée sous-jacente est à terme d’intégrer ces capteurs dans une centrale inertielle (IMU, Inertial Measurement Unit) associée des capteurs environnementaux et dotée de connexions sans fil.

Le démonstrateur prévu va embarquer ce concentré de technologies dans une canne pour aveugles capable de fournir une perception sonore en 3D de l’environnement proche de la personne utilisant la canne.

« Les systèmes de détection d’obstacles que l’on trouve dans les voitures sont très consommateurs en énergie et relativement volumineux, explique Suzanne Lesecq, qui coordonnate le projet Inspex au sein du CEA-Leti. Les partenaires d’Inspex vont principalement miniaturiser ces technologies et les rendre éco-énergétiques pour qu’elles puissent être utilisées sur une personne physique. »

Les membres du projet Inspex sont l’université de Manchester, l’institut de technologie de Cork (Irlande), STMicroelectronics, le CSEM (Swiss Center for Electronics and Microtechnology), le Tyndall National Institute University College à Cork, l’université de Namur ASBL (Belgique), GoSense et SensL Technologies.

 

Sur le même sujet