L'embarqué > Matériel & systèmes > Sous-système > L’automate programmable d’AIM s’appuie sur un concept d’architecture modulaire

L’automate programmable d’AIM s’appuie sur un concept d’architecture modulaire

Publié le 11 juin 2019 à 11:19 par François Gauthier        Sous-système

AIM Mateo

Mateo, tel est le nom de la gamme d'automates programmables destinée aux électriciens, automaticiens et informaticiens concue par la société grenobloise AIM, spécialiste du développement de matériels et de logiciels embarqués pour l’industrie. Cette gamme d'automates économique permet de mettre en œuvre un programme d’automatisme en s’appuyant sur un concept d’architecture modulaire proposé par AIM pour adapter le système au plus près des besoins des différents métiers. Ainsi, en choisissant tel ou tel processeur avec ou sans interface utilisateur, telles ou telles entrées et sorties, tel ou tel réseau de terrain industriel, les utilisateurs peuvent composer leur automate comme un Lego.

Côté matériel, la gamme Mateo propose deux types de processeurs différents. L'un permet un accès par port USB, et l'autre par port Ethernet. Les deux disposent d'une horloge secourue sur batterie externe pour maintenir le fonctionnement en cas de perte d'alimentation. La version par port USB s’appuie sur un microcontrôleur STM32F412 de STMicroelectronics (1 Mo de mémoire flash, 256 Ko de mémoire RAM) fonctionnant à 100 MHz. En option, cet automate peut recevoir un écran tactile couleur et un port RS485 ModBus. La version Ethernet, quant à elle, utilise un STM32F765 (3 Mo de flash, 512 Ko de RAM) à 216 MHz et intègre un écran tactile couleur de 320 x 240 pixels.

Ces automates “maîtres” avec leur intelligence embarquée (microcontrôleurs, mémoires ROM et RAM, ports de communication) sont dotés de 8 entrées paramétrables et de 4 sorties relais associées à des liens de communication Ethernet et Modbus. Des modules additionnels pour des communications radio LoRa et cellulaires sont en outre disponibles.

La modularité au niveau des types d’entrées/sorties proposées s’appuie sur une gamme de micromodules qui se présentent sous la forme de petits boîtiers (33,5 x 28,5 x 8,2 mm) intégrant chacun une interface électronique adaptée à une instrumentation : entrées analogiques 32 bits 0-20 mA et 4-20 mA, entrée codeurs, entrées tout-ou-rien, entrées pour sonde de température…

Côté programmation, les développeurs ont à leur disposition l’environnement de programmation graphique Agilia Intuitive Automation dont l’objectif est de faciliter le codage des applications. Cet atelier logiciel est fondé sur l'exploitation de blocs fonctionnels pour la création d’applications, d’IHM et de sites Web embarqués. Pour programmer les automates, les utilisateurs n'ont qu'à sélectionner les blocs précodés dont ils ont besoin, les poser sur les pages de programmation puis les relier par des liens. On peut ensuite simuler le programme sur un PC pour vérifier son fonctionnement. Agilia propose un lot complet de widgets pour créer des IHM intuitives, ainsi que des solutions ad hoc pour des fonctions mathématiques, des blocs de contrôle de communication, la régulation, l'affichage de courbes en temps réel, des programmes en Grafcet, etc.

Sur le même sujet