L'embarqué > Instrumentation > Instrum. générale > L’analyseur de réseau vectoriel haut de gamme de Rohde & Schwarz offre jusqu’à 146 dB de dynamique

L’analyseur de réseau vectoriel haut de gamme de Rohde & Schwarz offre jusqu’à 146 dB de dynamique

Publié le 15 janvier 2019 à 12:59 par François Gauthier        Instrum. générale Rohde & Schwarz

Rohde & Schwarz ZNA

Avec son analyseur de réseau vectoriel haut de gamme ZNA, le fabricant d'instruments de test et mesure Rohde & Schwarz apporte aux ingénieurs du domaine de la RF une nouvelle génération d’appareils appelée à remplacer dans les deux ans qui viennent la gamme actuelle des ZVA. Conçus à partir d’une feuille blanche, les ZNA forment une plate-forme de test universelle destinée à la caractérisation de composants actifs et passifs, avec, pour débuter la gamme, deux modèles : le ZNA26, dont la bande passante va de 10 MHz à 26,5 GHz, et le ZNA43 qui couvre la gamme 10 MHz - 43,5 GHz.

Ces analyseurs de réseau offrent une plage dynamique très étendue de 146 dB (valeur typique) et un bruit de trace limité à 0,001 dB pour une bande passante en fréquence intermédiaire de 1 kHz. Des caractéristiques essentielles, selon Rohde & Schwarz, notamment pour les mesures sur des filtres à forte réjection. L’architecture de ces appareils leur permet aussi d’effectuer des mesures de mélangeur pour des signaux RF et IF en parallèle, offrant une vitesse de mesure deux fois plus rapide qu'avec une approche classique.

Parallèlement, toujours selon Rohde & Schwarz, la caractérisation des amplificateurs devient plus facile avec l’architecture matérielle intégrée de ces instruments, et ce grâce à une plage de balayage de puissance de 100 dB, à la disponibilité d’un générateur d'impulsions et d’un modulateur par port de test (soit 4 générateurs d’impulsion intégrés), à huit récepteurs de mesure indépendants à 100 kHz, à des capacités de mesure d'intermodulation, et à une fonction d'analyseur de spectre (via une analyse FFT).

Le concept matériel s’appuie sur deux ou quatre sources internes à cohérence de phase indépendantes (évitant le recours à un générateur extérieur) et sur deux oscillateurs locaux embarqués dans l’instrument. Avec la possibilité d’accéder directement aux signaux des fréquences intermédiaires, à la fois en entrée et en sortie, une innovation sur ce type d’appareil. Cette architecture vise à simplifier les configurations de test et permet de caractériser les dispositifs à conversion de fréquence, les amplificateurs, voire les modules de transmission/réception complexes avec la connexion du système sous test, le tout réalisé en une seule fois. Les utilisateurs peuvent dés lors effectuer des mesures de pertes de conversion, de phase et de retard de groupe corrigées par des vecteurs plus rapidement qu’avec une approche classique qui nécessite en particulier le recours à un mélangeur de référence.

Concrètement, avec ces analyseurs de réseau vectoriels, l’utilisateur sélectionne d’abord le type de système sous test à analyser (mélangeur ou amplificateur) puis il est guidé pas à pas tout au long de la configuration jusqu’à la disposition finale du test souhaité. Les utilisateurs peuvent également adopter une approche plus conventionnelle et configurer les mesures individuellement, offrant ainsi de la flexibilité pour maîtriser les tâches de mesure les plus complexes.

Côté visualisation, l'interface, entièrement tactile sur l’écran, remplace le panneau de touches matérielles traditionnel. Le ZNA est ainsi le premier analyseur de réseau vectoriel à commande tactile du marché, utilisant un écran tactile de 12,1 pouces comme écran principal et un écran tactile de 7 pouces en lieu et place des boutons de réglage.

Les marchés visés par ces instruments, commercialisés aux alentours de 140 000 euros (prix moyen), vont du domaine des radars militaires jusqu’aux systèmes de communication 5G, en passant par le test de radars automobiles à 60 GHz, de systèmes de communication automobiles V2X et de satellites.

Sur le même sujet