L'embarqué > Logiciel > Développement > La fondation Eclipse devient une organisation pleinement européenne

La fondation Eclipse devient une organisation pleinement européenne

Publié le 12 mai 2020 à 13:10 par François Gauthier        Développement

Logo Eclipse

La fondation Eclipse, qui promeut l’environnement de développement en open source du même nom et qui draine une communauté et un écosystème autour de ses technologies, annonce ce jour qu’elle se transforme pour devenir une organisation pleinement de droit européen basée à Bruxelles, via la création de la fondation Eclipse AISBL (Association internationale sans but lucratif). C’est la première des grandes organisations de l’open source à prendre une telle décision, la quasi-totalité d'entre elles comme la Linux Foundation, Mozilla, Apache... étant toutes de droit américain et installées en Californie. La fondation Eclipse, créée en 2004, était jusqu'ici une organisation mondiale basée au Canada à Ottawa.

A l’origine de cette décision, deux constats. D’une part, une majorité des membres stratégiques de la fondation, soit les deux tiers, sont européens (SAP, Bosch, Obeo, Eurotech, le CEA-List, le Fraunhofer Institute…) et, d’autre part, le poids des développeurs européens dans le code Eclipse, à travers les nombreux projets de l'organisme (dont une part non négligeable touche le domaine de l’embarqué), devient très important, supérieur à 50%.

Cette décision s’inscrit aussi dans un contexte plus général dans lequel l’Europe cherche à affirmer une indépendance technologique, voire une souveraineté, vis-à-vis des grandes sociétés technologiques américaines ou asiatiques. A ce niveau la fondation Eclipse reconnaît le rôle important que l'open source jouera dans la conduite des transformations numériques et industrielles demandées par la Commission européenne et inscrites dans ses récentes stratégies. Les contributions d'un large éventail d'entreprises européennes et d'organisations gouvernementales à des projets open source seront, selon la fondation Eclipse, essentielles pour garantir que les technologies émergentes sont adaptées à l'Europe et conçues en tenant compte de la vie privée et de la sécurité des individus, ainsi que de l'impact environnemental.

« Nous constatons un réel appétit de l’Europe pour l’open source, note Gaël Blondelle, vice-président d’Eclipse. Pour les industriels européens, collaborer autour de l’open source devient désormais presque banal, car l'une des forces de cette approche est de fournir un cadre légal défini qui permet de coopérer sur des projets de grande envergure au niveau mondial. »

Grâce à cette opération, les dirigeants de la fondation estiment être particulièrement bien placés pour tirer parti de la croissance internationale de l’organisation et favoriser des collaborations industrielles au niveau mondial sur des projets open source liés à diverses technologies stratégiques, comme le cloud, l'edge computing, l'intelligence artificielle, les véhicules connectés, les télécommunications et l'Internet des objets.

« L'open source, moteur d'innovation et de collaboration internationale, est devenu stratégique pour l'industrie européenne, commente Mike Milinkovich, directeur exécutif de la fondation Eclipse. Il a été facile pour nous de concentrer davantage de ressources en Europe, tout en continuant à accueillir et à soutenir de nouveaux membres du monde entier. »

Soutenue par plus de 300 membres dans le monde, la fondation Eclipse gère actuellement quelque 375 projets open source qui ont généré plus de 240 millions de lignes de code, pour un investissement partagé d’environ 13 milliards d'euros. Avec une accélération récente de l’attraction d’Eclipse qui, pour le premier trimestre 2020, le plus actif de son histoire, a enregistré l’arrivée de quarante nouvelles sociétés membres, cinq nouveaux groupes de travail et onze nouvelles propositions de projets.

La mise en place de la nouvelle entité juridique devrait être finalisée d'ici juillet avec en parallèle un processus de transformation des règles juridiques américaines actuellement en usage, notamment sur la propriété intellectuelle, vers un cadre juridique européen. Les noms et marques Eclipse et Eclipse Foundation seront contrôlés par la nouvelle entité belge, tout comme les politiques liées à la législation antitrust et la protection de la propriété intellectuelle. A l'avenir, les frais d'adhésion à la fondation seront libellés en euros.

Enfin, signalons que la fondation Eclipse crée dans le même temps une nouvelle forge de développement en open source, fondée sur GitLab et hébergée physiquement en Europe, qui sera opérationnelle dans le courant de cet été. Ce qui fournira aux développeurs une troisième option pour leur forge, à côté de la Forge Eclipse (hébergée au Canada) et de GitHub (qui représente environ 5% des projets Eclipse).

Pour aller plus dans les détails des enjeux de de son orientation stratégique, la fondation Eclipse publie un livre blanc accessible ici.

Sur le même sujet