L'embarqué > Marchés > Conjoncture > La Cité de l’objet connecté et le cluster WE Network vont rapprocher leurs activités

La Cité de l’objet connecté et le cluster WE Network vont rapprocher leurs activités

Publié le 11 décembre 2018 à 12:59 par François Gauthier        Conjoncture

We Network + Cité objets connectés

La Cité de l’objet connecté et le cluster WE Network annoncent leur intention de rapprocher leurs activités respectives, marquant, selon les deux entités, la première étape de la structuration d’un Technocampus de l’industrie électronique du futur dans la région Pays de la Loire à Angers. Son lancement officiel est prévu en 2019.

Rappelons que la Cité de l'objet connecté regroupe sur un seul site, à Angers, des fonctions de conception, d’industrialisation et d’intégration de l'électronique, de la mécanique et de la plasturgie pour la réalisation d’objets connectés. Inaugurée en 2015, elle a accompagné plus de 450 projets depuis sa création et passe donc d’un régime juridique privé à celui de cluster en rejoignant la filière impulsée par le réseau WE Network, mis en place il y a quatre ans. Cet écosystème regroupe près de 200 acteurs de l’industrie, de la recherche et de la formation dans les Pays de la Loire et la Bretagne.

Selon les deux acteurs, la complémentarité des savoir-faire et des activités des deux structures, uniques au plan national, ainsi que l’assise industrielle du cluster WE Network qui fédère un écosystème de conception et de production électronique, permettent d’engager cette transformation de la Cité de l’objet connecté. Les équipes de WE Network et de la Cité de l’objet connecté travaillent d’ores et déjà pour créer les offres issues de leurs expertises réunies qui permettront aux industriels de la région et de France d’accélérer la mise sur le marché de leurs projets.

Cette initiative, qualifiée de stratégique, est encouragée et financée par la région des Pays de la Loire (à hauteur de 835 000 euros pour la période 2019-2021) et Angers Loire Métropole (230 000 euros par an jusqu’en 2021) pour développer la French Tech et la French Fab dans le grand Ouest. De son côté, l’Etat par le biais du PIA3 (Programme d'investissements d’avenir 3 - volet filière) pourrait soutenir le projet qui rassemble les briques technologiques constitutives de l’industrie du futur en s’appuyant sur l’expertise de filières d’excellence (électronique, robotique en projet à La Roche-sur-Yon, acoustique en cours de réalisation au Mans, matériaux composites et technologies maritimes dans la métropole de Nantes, réalité virtuelle à Saint-Nazaire et Laval).

« Avec plus de 40 000 emplois directs et indirects, la filière électronique est stratégique en Pays de la Loire et ce nouveau Technocampus permet de consolider son positionnement comme territoire de référence de l’innovation dans le domaine de l’électronique, aux plans national et européen », commente Christelle Morançais, présidente de la région des Pays de la Loire.

Sur le même sujet